Epica ~ Monster Hunter 3 Ultimate Index du Forum
 
 
 
Epica ~ Monster Hunter 3 Ultimate Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

"Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Epica ~ Monster Hunter 3 Ultimate Index du Forum -> Autre -> Espace Création -> Fictions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Melodia
Déesse de la miséricorde

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2012
Messages: 503
IG: Melodia
Rang: 216
Localisation: -
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Avr - 14:46 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

A la demande de bon nombre d'entre vous et pour le plaisir de votre imagination, je vais me relancer dans ma fic commencée il y a de ça près de deux ans et demi. Et afin d'être dans le vent ( ), et de me replonger dans le bain, je la relis et la ré-adapte à MH3U ! Allez, c'est repartis !

PS : Je lui ai enfin trouvé un titre qui me plait bien. Je vais donc le garder même si vous n'y voyez pas le rapport pour l'instant



La ville était en émoi. Un grand événement se préparait. Tous les cinq ans, la cité s’abandonne à une grande fête d’ivresse, de chants, mais aussi de chasses. Sont ainsi mis en valeurs les plus grands chasseurs pour leurs talents dans l’arène. Il y avait de toutes les sortes de chasseurs, allant du débutant à l'expert, spécialiste ou non de son instrument : Que des hommes, en majorité mais quelques femmes faisaient également partis des festivités. Rares étaient les vétérans. Ceux-ci avaient, la plupart du temps, raccrochés les armes et s’adonnaient désormais à des plaisirs tout autre, allant de la taverne du centre ville aux arts des lettres et de la philosophie. 

Tout le long du chemin, des deux cotés du sentier, des étals s'étaient dressés et des marchands tentaient d'attirer le regard des chasseurs avec leurs marchandises. Des pioches, des fillinsectes, des potions sur des étagères entières étaient les instruments les plus courants. Un bon chasseur arborant fièrement du matériel provenant de la boutique d’un commerçant précis lui conférait à coup sûr plusieurs années de prospérité. Ll'attelage qui semblait avoir le plus de succès était celui de Joseph Still, placé sur la place Delricourt, ce qui lui donnait l’avantage d’avoir face à son étal une demi lune humaine de plus en plus nombreuse qui se regroupait face à lui. Fils de combineur, il avait repris l'affaire familiale et profitait de la fête qui arrivait pour vendre des biens fusionnés avec des prix relativement intéressants et partageait ces meilleurs promotions. Ainsi, on pouvait trouver sur sa table des méga potion, des potions max, des fosses piégées et des pièges à choc sans oublier toutes une panoplie pour les fusarbalettiers qui s'entassaient devant lui pour récupérer ces balles en tout genre de qualité reconnue. La journée allait être longue pour lui, mais aussi au combien fructueuse !

Melodia, chasseuse de vingte sept ans, prenait son temps pour se diriger vers l’arène. Physiquement dans la force de l’âge, elle arborait toutefois une vilaine cicatrice au coin du visage qui lui donnait un air sévère. Toutefois, ce n'est pas celle-ci qui attirait l'œil des étrangers mais plutôt sa pigmentation. Melodia était née albinos. Peu courant, même dans les plus grandes villes, certaines personnes non avisées posaient leurs yeux longuement sur elle, plus par curiosité que par mépris. Elle était marquée d'une étrange tâche noire sur le haut de l'épaule signifiant une appartenance à un clan. Elle apparaissait toujours au public en faisant grise mine, avec son regard qui en disait long généralement et qu'elle ne changeait que rarement et seulement en ôtant son attirail de guerre. Peu de personnes la connaissaient finalement ici. Seul la rumeur de ces quelques exploits de chasse en faisait quelqu’un de respactable et de respecté. Pourtant, paradoxalement, cette façon d'être n'était qu'une façade car, en vérité, Melodia était une personne très agréable, posée et on ne peut plus réfléchie. Un homme la regarda avec insistance. Immédiatement repéré, Melodia le dévisagea de la même façon. Gêné, l'homme détourna alors maladroitement le regard et accéléra le pas pour rejoindre les personnes qui l'accompagnaient et qui se hâtaient pour être au plus près du sable fin qui recouvrait le sol du futur affrontement. 

De longues minutes de marche et de patience qui faisait avancer tout le monde à un rythme en dent de scie, Melodia réussit à rejoindre les gradins les plus proches de la toute dernière barrière avant la zone de combat, ultime rempart entre la sécurité et le danger. Melodia découvrit une place ronde gigantesque coupée en quatre par des murs assez épais mais pas très haut sortis directement du sol. Un système électrisé avait été relié autour des deux zones de gros monstres, pour les empêcher de rejoindre d'autres zones et ne pas perturber les autres types de tournoi. L’arène était un énorme camembert coupé en quatre part. Ces places les plus proches étaient réservées aux chasseurs reconnus et seulement sur invitation du maître de guilde. Bien souvent, d’autres personnes recommandaient eux-mêmes des chasseurs à celui-ci. Dans ces quatre petites enceintes, quatre types de combats différents s'y dérouleraient. deux seraient réservés aux débutants et deux réservés aux experts. Dans chacune de ces deux catégories, une serait pour les gros monstres, une autre pour les petits monstres sachant que, pour l'occasion, la ville avait capturé les plus féroces petits monstres de chaque catégorie. Rares et difficiles à immobiliser, ces petits monstres étaient l'élite de leur race, du moins, c’est ce que stipulait l’affiche de la lourde campagne publicitaire menée pour l’occasion. Généralement, c'était de vieux chasseurs souhaitant encore et toujours faire leurs preuves qui s’y frottaient. La coutume en ce lieu était de laisser la place aux plus jeunes pour les grands monstres. Cela était dû à une réelle volonté de spectacle des organisateurs des concours. 

Melodia se plaça derrière la partie débutant, là où seront lâché de petits monstres. La majorité de la foule s'amassait plutôt derrière le concours expert de gros monstres. Trop de monde, trop de boucan, trop de bousculades, rien que des choses que Melodia ne supportaient pas en temps normal et même lors d’un événement d’une telle enverure. Un jeune chasseur à peine âgé de quatorze ans entra armé d'une épée longue légèrement plus petite que la normal pour s'adapter à sa taille. C'était une lame barbare simple, couleur océan, striée de blanc. On pouvait facilement voir que cette lame avait été fabriqué « maison ». Melodia pensa que ce petit était fils de pêcheur à en juger le logo qu'il arborait dans son dos et qui se trouvait notamment sur de grosses caisses dans le port : Un long navire avec une grande voile et une encre noire positionnée au dessus à droite. Le jeune garçon combattit vaillamment trois uroktors qu'il terrassa en deux minutes et cinquante sept secondes. Tous les candidats s’enchainèrent pour la catégorie Uroktors. Avec plus ou moins de difficulté, chaque candidat finit, à la fin, par terrasser ses adversaires. Puis vint alors le tournoi Jaggia. Cinq jaggias seraient lâchés autour d’un candidat dans un délai imparti de cinq minutes. Plusieurs chasseurs et une chasseuse débutants se succédèrent à tour de rôle. Le meilleur temps obtenu fut de trois minutes et vingte trois secondes. Visiblement, ce tournoi apparaissait plus compliqué pour de jeunes chasseurs, sachant que le jaggia était la forme inférieure au grand Jaggi. Malgré leur taille pour de jeunes chasseurs qui n’avaient pas encore atteint l’âge de la maturité, c’est la rapidité à les contourner et à bien se positionner qui allait faire la différence dans ce combat. Le jaggia n’est pas très féroce, bien souvent flemmard et est plutôt désorganisé. Six, sept, huit, neuf chasseurs étaient passés et Melodia était toujours aussi concentrée. Arriva alors le dernier. Melodia fut stupéfaite par l'assurance dégagée par celui-ci. Celle-ci plutôt.

- Mmmh, une chasseuse ! Murmura Melodia pour elle même.

Habillée de vêtements verdâtres fait à partir de jeunes jaggis, elle trotta sur quelques mètres pour arriver au centre de l'arène. Elle se baissa et attrapa une poignée de sable qu'elle frotta délicatement sur ces mains. Cela fait, elle dégaina alors un magnifique Tabar sanglant, une épée courte empreinte de poison qui luisait le long de la lame d'un mauve brillant qui apparaissait terriblement venimeux simplement d’aspect. De sa main gauche, elle brandit son bouclier, le maintenant le long de son corps. La chasse commença quand cinq jaggias se bousculèrent pour entrer dans l'arène, visiblement pressé de quitter la cage étroite qui leur avait servis de demeure jusqu’à présent. Ils encerclèrent doucement la chasseuse qui les regarda sans faire le moindre geste. Poussant de petits cris aigus, ils attendaient le signal du plus gros d'entre eux pour s’élancer sur leur proie humaine. Comparé aux jaggias précédents, ceux-ci étaient tous bien présents dans la bataille et il y avait visiblement une hiérarchie entre eux sous l’égide du mâle dominant de cette petite meute. La chasseuse connaissait bien les jaggis et donc, logiquement, les jaggias. La chasseuse scrutait autour d’elle tout en gardant son sang froid. Elle cherchait quelque chose. Il s’agissait du chef de meute. Il s'était placé dans son dos. La chasseuse observait les réactions du jaggia face à elle pour savoir quand le plus costaud attaquerait en traitre.

C'est un jaggia sur sa droite qui lança les hostilités et qu'elle para sans souci en lui administrant, dans l'élan, un grand coup de bouclier qui le sonna. Elle se tourna rapidement sur elle même et lança son bras droit sur le chef en lui tranchant le bas ventre. Elle était impressionnante. En un coup de hachette bien placé, elle venait d'annihiler le plus gros jaggias en un seul coup ! L'autre point impressionnant, c'est que la jeune fille venait de mettre en déroute les trois autres jaggias qui n'avaient osé que passé et qui s'étaient acculés le long du mur des gradins, méfiant et surpris par la dextérité de leur adversaire. D’apparence organisé, l’erreur d’un seul d’entre eux au tout premier assaut avait mis en déroute une stratégie qui semblait bien huilé parmi les bêtes. Elle n'était visiblement pas tombé sur les jaggias les plus téméraires finalement ! Sa stratégie fut la bonne. La partie était d'ores et déjà gagnée, mais en combien de temps ?
Provocante, sûre d'elle, elle fit alors usage de ces cordes vocales en imitant le jaggia  en direction de ces trois adversaires toujours côte à côte dans un esprit de moquerie et de domination. Elle semblait consciente du temps inutile qui s'écoulait mais elle en jouait. L'un d'eux s'avança sur elle en courant. Elle l'esquiva d'une splendide pirouette sur le coté en prenant appui sur sa main armée du tabar et fit un tour de rein, son bouclier parallèle au sol et se tourna tel une toupie pour lancer son bouclier en direction des deux autres jaggias au pied des gradins. L'un d'eux eu le temps de s'accroupir avant de foncer sur elle tandis que le second recevait le bouclier dans la patte gauche. Le jaggia s'écroula et la chasseuse s'élança, après être rapidement passé à coté de celui qui la chargeait. Arrivée sur le jaggia amoché à la patte, elle lui trancha la carotide dans un demi cercle magnifiquement bien exécuté. Le jaggia qu'elle avait esquivé se trouvait très proche d'elle maintenant. Celui-ci n’avait pas attendu l’exécution de son compagnon pour l’attaquer. Elle exécuta alors une nouvelle pirouette en arrière pour aggrandir l'espace entre elle et son adversaire à l'aide de ces 2 mains, abandonnant son bouclier sur place en attendant.
- Elle est sacrément agile cette petite rétorqua alors Melodia à voix basse, appréciant ce qu'elle voyait plus bas.

C'est à ce moment qu'un cri terrifiant retentit dans son dos. Un bruit éléctrique retentit pendant quelques secondes au milieu du tumulte de l’arène puis plus rien. Surprise de la violence du cri, la chasseuse eu le réflexe de placer une main sur une oreille, tentant d'en faire de même sur la seconde avec son épaule. Dans les airs, un rathian énorme pour sa race déboula dans l'enceinte des débutants où se trouvait la chasseuse. Comment a-il pu traverser le barrage foudroyant qui le coupait dans les airs ?! La chasseuse leva les yeux et découvrit que plus aucun faisceau éléctrique ne fonctionnait. La bête était désormais de son cotéde l’arène et il ne lui fut pas longtemps pour détecter la chasseuse en contrebas. Melodia bondit sur la barrière et sauta sans réfléchir en contrebas. Elle atterrit durement sur le sol, un genou à terre, sa lance Gobulu Muraaka bien arnaché dans son dos. Le rathian piqua alors sur la jeune chasseuse qui se remettait du hurlement de la bête. La foule à l'opposé où se trouvait tantôt le rathian se précipita alors vers la zone débutant pour assister à cet imprévu. D’autres, pris de panique, se dirigeaient inquiet vers la sortie. Melodia plongea sa main dans sa poche et saisit un objet qu'elle s'apprêtait à lancer à la future victime du rathian.

- Attrape ça petite !

La chasseuse fit un pas en avant et attrapa l'objet en faisant, une fois de plus, une belle roulade vers l'avant qui n'avait pas perturbé le rathian qui allait tout droit sur sa cible. L'impact était pour dans une toute petite seconde ! Puis, la chasseuse disparu, laissant le rathian saisir du vent en faisant monter un petit nuage de poussière de sable au milieu d’une fumée bleue turquoise. La chasseuse réapparu soudainement à coté de Melodia. Sans expression particulière de surprise, elle tourna la tête vers elle et lui dit d'une voix naturellement très douce mais enjouée :

- Un transporteur courte distance ! Merci !

Melodia fit simplement un signe de tête et esquissa toutefois un léger sourire de coin. Melodia pensa en silence que l'improvisation était aussi un de ces points forts visiblement. Elle venait d'utiliser cet objet avec brio, en une fraction de seconde.

Dans la foule, les gens quittaient en trombe l'arène désormais, terrifié par l'insécurité que procurait le mur électrifié. Les seuls qui restaient, étaient soit les rares chasseurs qui ne participaient pas à un tournoi et dieu sait qu'ils sont très très rares, soit des casses-cou qui voulaient assisté au spectacle imprévu au péril de leur vie. Les grosses portes grillagées par où entraient les différentes créatures avaient été abaissées, laissant les quelques chasseurs dans l'arène livré à eux même, sans issue. La majorité des chasseurs débutants qui avaient participé se dirigeaient vers la sortie eux aussi et les chasseurs les plus expérimentés se trouvaient dans une salle basse de l'arène, en attente des résultats autour d'un bon vin béni, loin des combats et des dangers de l'arène, ignorant les tragiques événements. Les murs épais de l'arène étouffaient les réjouissances de l'arène, sans oublier le tumulte de la taverne de l'arène elle même.
Melodia s'adressa de nouveau à sa compagne de combat tandis que le rathian se posait au sol, face à elles :

- Récupère ton bouclier, je vais l'occuper de l'autre coté en attendant.

Melodia porta deux doigts à sa bouche en s'écartant au trot sur le coté droit et siffla entre ces doigts, laissant s'échapper un sifflement assez puissant et très aigu. Attiré, le rathian tourna sa longue tête vers elle, sans bouger le reste de son corps. Il se tourna et se mit alors à courir dans sa direction. Melodia s'arrêta et tendit son bouclier pour échapper aux grosses pattes et aux longues griffes de son adversaire qui semblait vouloir la piétiner. La jeune chasseuse courut à son tour en direction de son bouclier et sortit une petite bombe flash de sa poche. Le rathian lança sa tête sur Melodia pour la mordre et finit sa course derrière elle, après avoir rebondit sur le solide bouclier. Il s'arrêta dans une glissade sur le sable. Elle se tourna vers lui en un instant et lui administra quelques coups de lances dans le flan avant de reculer de trois pas. Elle fut vite rejoint par la chasseuse qui avait retrouvé son bouclier. C'est à ce moment de répit qu'elle dit :

- Au  fait, moi c'est Lina.

Melodia garda les yeux rivés sur le rathian qui se retournait et qui jetait un œil sur la panique du public, intrigué. Le rathian s'envola de nouveau. Melodia passa sa main dans sa petite sacoche accrochée sur son flanc et saisit une fosse piégée qu'elle déverrouilla. L'objet devint plus gros mais resta très plat dans sa main. Pendant la rapide installation de celle-ci pendant que le rathian accomplissait des rondes dans le ciel, Melodia se présenta à son tour :

- Appelle moi Melodia. Elle ajouta immédiatement après : Tu jetteras cette bombe à mon signal juste devant ces yeux. En attendant, écarte toi de ce piège et laisse moi l'attirer.

Pourtant forte tête habituellement, Lina s'exécuta sans rechigner car elle savait qu'elle n'était pas encore de taille face à un rathian, seule ou sans des partenaires avec qui elle combineraient efficacement. Elle attendit sagement le signal de Melodia. Depuis le ciel, le rathian plongea à nouveau sur ces adversaires. Le rathian piqua à nouveau, sur Melodia encore une fois, les serres en avant. Melodia saisit un nouvel objet qui était une petite sphère irrégulière de couleur brune comme on en trouvait rarement dans les villes. Elle attendit que le rathian soit proche d'elle, légèrement reculée du piège. Puis, une fraction de seconde avant que le rathian lui plante ces griffes empoisonnées, Melodia lança la sphère au sol qui rebondit alors assez haut et suffisamment fortement pour frapper le rathian et passer à travers ces plûmes. Lina, au pied du mur, avait eu une grande sensation de peur avant que Melodia ne jette cet objet. Puis, voyant le rathian s'écraser lourdement au sol soudainement, elle se mit à courir dans sa direction sans attendre que Melodia lui ordonne. La chasseuse expérimentée avait très bien visée. La boule de gravité avait rebondit idéalement et avait provoqué une surcharge pondérale violente sur le rathian qui ne pouvait plus, temporairement, se porter avec ces ailes. Là où la combinaison de Melodia était excellente, c'est que la sphère avait touché le rathian juste sous le piège. Ainsi, le volatile se retrouvait piégé dans le sol. Un flash apparu et le rathian fut éblouit. Il se fondit sur le sol, immobile temporairement. Lina venait de jeter sa bombe flash du dos du rathian, explosant juste sous ses yeux et ceux de sa camarade. Ne bougeant presque plus, Melodia et Lina s'acharnèrent sur leur adversaire avec de grand coup de lance dans l'aile pour Melodia et de petits coups de hache de Lina aux alentours de la queue du rathian pour tenter de la lui couper. Lina était cupide et désirait obtenir de bons objets de cette victime facile. Melodia prit la parole dans l'effort :

- Tu n'écoutes jamais ce qu'on te dit ?
- C'était le moment ! Je l'ai sentis. C'était génial ce que tu as fais ! Je n'ai jamais rien vu de tel !

Melodia ne rajouta rien et concentra ces efforts pour briser l'aile du rathian, ce qu'elle réussit à faire à en juger le bruyant craquement. Chanceuse, de multiples petits éclairs transpercèrent la femelle oiseau. Elle était paralysée et toujours dans son piège.

- C'est toi qui a fait ça ? Rétorqua Lina agréablement surprise. Melodia lui répondit avec une réponse relativement complète :
- Gobulu Muraaka, une lance faite des pointes paralysantes issues d'un Gobul que j'entretiens avec une substance liquide à base de champignons paralysants pour augmenter les chances de succès. Les rathians y sont très sujets, comme tu peux le voir, aussi gros qu'ils soient.
- Impressionnant !

Lina eu soudain une mine horrifiée qui intrigua Melodia. Les 2 chasseuses se tournèrent vers le mur des combattants experts, catégorie gros monstres, au nord de l'arène. Le mur tremblait sous les charges de quelque chose.

- Qu'est ce qui peut bien se passer là bas ? Demanda Lina.
- Tu as peur ? Rétorqua Melodia en sortant des bombes tranquillisantes et les jetant sur le rathian qui finit par s'écrouler de fatigue.
- En temps normal, non ! Se vexa Lina qui arborait une moue mécontente. Par contre, seule avec toi dans l'arène et sans issue, je suis logiquement inquiète !

Melodia resta calme, passant son bras sur son front pour enlever des petites gouttes de sueurs perlant ici et là.

- Ta réaction est logique, il n'y a pas qu'un monstre là bas.
- Comment ça ?! Répliqua Lina en haussant la voix.
- Trop de coups rapprochés dans un labs de temps trop mince.
- Qu'attendons nous alors ? Prenons un téléporteur !

Melodia fit grise mine et répondit :

- Tu en as toi ? Je t'ai donné le seul qu'il me restait …

Lina contourna le rathian qui se trouvait dans les bras de morphée et se rapprocha de Melodia. Du haut de ces dix sept ans, Lina tentait de rester courageuse et ne céda pas à la panique. Elle jeta un regard légèrement implorant à Melodia qui lui répondit par un autre regard plus dur, rassurant finalement. Elle plongea une énième fois la main dans sa sacoche et en sortit 3 bombes de fumée qu'elle lui tendit. Elle ajouta :

- Tu en as assez fait pour une débutante. Ce qui est derrière ce mur est bien plus terrible que le rathian. Va te cacher et utilise une bombe si tu es repérée. Elles te permettront de filer et de te cacher un peu plus loin. L'idée n'est pas de te défendre mais de gagner du temps avant que d'autres chasseurs viennent nous chercher.
- Et toi  !
- Je les occuperai. File te planquer !

Sa voix était toujours aussi rassurante mais Melodia savait pertinemment qu'elle ne pourrait pas lutter longtemps contre plusieurs gros monstres dans une zone aussi restreinte et avec peu d'objets sur elle maintenant. Elle fit l'inventaire de ce qui lui restait, le regard posé sur le mur s'effritant peu à peu. L'arène était presque vide. Deux hommes criaient quelque chose dans la direction des 2 chasseuses piégées mais leurs paroles n'étaient pas assez audibles pour que Melodia ou Lina les comprennent. C'était une questions de minutes maintenant, peut être de secondes ...





Lina tendit l'oreille. Elle entendait des bribes de voix provenant de ces observateurs inquiets. Leurs mains autour de leur bouche, ils s'époumonaient en tentant d'amplifier la portée de leurs paroles. Lina comprit :

- C'est le gros et ces charlots !

Dans ces pensées, Lina se dit que c'était n'importe quoi ! C'était inutile d'insister plus longtemps à les comprendre. Leurs voix étaient balayées par le vent et s’évaporaient d'arriver jusqu'à elles. Les coups s'intensifiaient sur le mur qui tombait petit à petit en ruine. Un gros morceau tomba au sol. Melodia posa sa main sur l'épaule de Lina et lui dit calmement :

- Il est temps pour toi de te tapir dans l'ombre. Dépêche toi !
- Non ! Répondit Lina en se raidissant. Je ne t'abandonnerai pas. Nous mourrons ensemble s'il le faut.
- A quoi ça t'avancera de mourir petite idiote ?
- Et toi ? Tu pourrais répondre à ta propre question ?

Melodia se plongea dans les yeux verts de Lina et lâcha sa lance pour saisir sa seconde épaule. Elle la secoua légèrement d'avant en arrière et lui dit en haussant la voix :

- J'ai terrassé de nombreuses créatures, j'ai eu de graves blessures et je suis encore là. Tu ne combats que de petits sbires en fuyant les plus menaçants et les plus costauds. Ne donne pas ta vie inutilement, planque toi et devient une grande chasseuse !

Lina entendit bien les paroles de Melodia qui raisonnaient dans son esprit. Elle était bien placée pour savoir comment elle réagissait elle même en temps normal. Elle resta silencieuse. Puis, jetant un œil sur le mur défoncé par un imposant Devil Jho balafré sur toute la tête, elle lui répondit de façon très provocante :

- Souhaite moi bonne chance !

Lina se mit à courir vers le mur et s'arrêta à mi chemin entre le rathian endormi et le Devil Jho qui achevait de détruire le mur pour pouvoir passer par dessus plus facilement. Elle jeta alors une des bombes de fumée qui lui avait été confiée peu de temps plus tôt, ce qui ralentit considérablement l'avancée du terrible monstre solitaire, le rendant un peu moins nerveux temporairement. Le Devil Jho s'avançait doucement, cherchant ses proies, usant de son flair. Pendant ce temps là, Melodia avait ramassé sa lance et s'acharnait sur le rathian endormi en lui donnant de nouveau coup de lance sur son ventre dodu, la zone la plus molle de la bête. Éclaboussée de sang de l'adversaire vaincu, elle y extirpa un gros morceau de viande et acheva l'animal et enfonçant profondément sa lance dans son cœur qui battait au ralenti, à un rythme très régulier.

- Pardonne moi, mais c'est toi ou nous ...

Son armure blanche de barioth était repoussante. Ses éclats de blanc étaient ternies et une couche visqueuse de rouge relativement épais la recouvrait désormais largement. Tenant à pleine main le morceau rouge et dégoulinant, elle commença à courir en direction de Lina et jeta le morceau de viande devant la jeune fille, surprise et rebutée par ce qu'elle vit tomber devant elle. Elle s'énerva aussitôt :

- Mais tu es un monstre ma parole !

- Tais toi ! S'énerva Melodia à son tour. Le Devil Jho est une créature solitaire qui mange énormément. Ce morceau de viande cru pourrait bien […]

Melodia n'eut pas le temps de terminer sa phrase. Une nouvelle portion du mur venait de tomber et un Diablos noir surgissait, rageur, dans l'arène des 2 chasseuses. A travers les éclats de ce qu’il reste du mur, tête baissée, la bête avait déjà detecté ces proies malgré le nuage de bombe planant encore autour d’elles. Une de ces cornes était déjà cassée. Il fonçait droit sur les filles. Melodia poussa violemment Lina sur sa gauche et para la charge du diablos avec son bouclier avant de faire un très large arc de cercle avec son bras, parallèlement au sol, pour venir cogner la jambe derrière elle. Vexée, Lina se remit debout d'un bond et s'élança à son tour sur le diablos, saisissant l'autre jambe et distribuant des coups de Targa sanglant maladroitement. Le diablos entreprit de donner de grands coups de queue autour de lui. Cachées sous ses pattes, les chasseuses purent facilement continuer leurs assauts. Lina réussit à empoisonner le diablos qui fut étourdit un moment. Entre les petites écailles se trouvant sur ces pattes apparaissaient de multiples coupures qui s’entrecroisaient dont une nettement plus profonde que les autres. Le Diablos noir exprima sa douleur par un cri. Le Devil Jho apparu alors derrière le petit nuage de brume qui s'était estompé de plus de moitié, sondant toujours l’arène à la recherche de quelque chose. Pour couronner le tout, Melodia aperçu une autre créature derrière le passage ouvert. Cela venait de s’enfoncer sous terre. Aussitôt vu, aussitôt ressenti. Le sol trembla en dessous d'elle. Melodia resta stable mais Lina perdit l'équilibre sans chuter au sol. Le Devil Jho approchait. Derrière elles, Le diablos allait surgir. Melodia agrippa Lina et l'emmena plus près du Devil Jho.

- A mon signal, tu plonges sur le coté ! Attention, maintenant !

Lina s'exécuta, Melodia en fit de même de l'autre coté. Surgissant du sol, le diablos fonça droit sur le Devil Jho et l'empala de ces deux cornes dans un rageux coup de tête de coté. Le Devil Jho rugit et ces multiples cicatrices devinrent rougeoyantes. Une aura rouge et noir jaillit de sa gueule terrifiante. Le Devil Jho avança sa tête et mordit le cou du diablos dans un esprit de répresaille. Ce pauvre diablos fut ensuite propulsé contre le mur quand le Devil Jho lui envoya une puissante charge au corps à corps pour le repousser après lui avoir infligé une douloureuse blessure. Malheureusement, le répit fut court. A peine debout, Melodia et Lina furent contraintes de courir à nouveau sous la charge du diablos empoisonné qui entendait bien en découdre encore un peu avec elles. Tout en courant, Lina pensa : « Ces types, ils disaient : C'est un Jho et deux diablos ... Quel idiote de ne pas l'avoir compris ! ». Jetant un oeil à leur position, elle s'aperçut que les hommes en question avaient disparu.  Elle s'adressa alors à Melodia, légèrement essoufflée :

- Comment ont-ils fait pour être tous dans l'arène ensemble ?
- C’est improbable. Je ne vois pas cinquante possibilités ! Rétorqua Melodia.
- Je suppose que l'une des grilles n'a pas tenu de l'autre coté. Mais comment ont-ils pu sortir de leurs cages ?

Melodia ne répondit pas à cette interrogation, ne connaissant pas la réponse. Elles foncèrent vers le bord du mur menant au centre de l'arène. Dos à celui-ci, Le Devil Jho les regarda avant de s'avancer puis, par chance, il s'arrêta près du morceau de viande laissé par terre par Melodia préalablement. Cela leur offrait un peu de répit et seulement deux diablos à esquiver. Seulement deux diablos … C'est si peu dire … Justement, les diablos se remettaient en chasse. Le réflexe de Lina fut de lancer une bombe de fumée au sol. Perturbés, les monstres se stoppèrent et cherchèrent à gauche, puis à droite, piétinant désormais sur place. Les filles s'extirpèrent du traquenard et Lina jeta une seconde bombe de fumée pour couvrir leur fuite pour passer près du Devil Jho qui terminait sa friandise. Lina attira Melodia du coté de l'autre arène, par là où se sont échappés ces trois là.

- Tu es une chasseuse intelligente. Dit Melodia en enjambant les restes du mur.
- C'est notre seule potentielle sortie ! Il faut tenter de la rejoindre coûte que coûte.

Elles n'eurent aucun mal à passer dans l’autre arène. Melodia prit appui sur un bras pour monter sans effort. Lina, quant à elle, fit un simple saut et atterrit directement debout dessus puis se jeta en avant pour effectuer une roulade et gagner quelques secondes.

- Ce n'est pas possible ! S'écria Lina soudainement mausade à la vue de ce qui les attendait.

Un rathalos de couleur rouge foncé et tigré de noir ici et là se tenait devant l'entrée baissée à peine d'un quart de la grande grille. Son plumage en disait long sur sa férocité. Juste à coté de sa patte droite gisait un corps sans vie, surement celui du chasseur qui se trouvait coincé dans cette salle et qui ne s'attendait pas à voir débouler tant d’adversaire à la fois. Quoi que, nul ne sait qui il était en train de combattre à ce moment là … Le pauvre homme avait rendu son dernier soupir en vain. Ce gardien improvisé était un réel problème pour s'échapper, même s'il ne suffisait que de l'esquiver et courir droit dans l'embouchure. Melodia fit signe de rester tranquille à Lina et elles s'écartèrent du passage troué pour se masquer des proies auxquels elles venaient d'échapper précédemment. Melodia souhaitait gagner du temps. Téméraire, Lina brandit sa hache et son bouclier, prête au combat. Melodia fouilla dans sa sacoche et en sortit une ration qu'elle donna à sa compagne qui commençait à fatiguer. Lina l'attrapa et l'avala d'une traite, jetant le tube vide au sol. Le rathalos s'avançait doucement de ces futures victimes avec un regard très menaçant. C'est à ce moment précis que des voix se firent entendre du passage souterrain de l'arène.

- On y va ! Foncez ! Immobilisez les tous !

Une dizaine de chasseurs entrèrent dans l'arène et s'apprêtaient à attaquer le rathalos qui ne tourna que la tête. Des chasseurs expérimentés entraient les uns après les autres au galop. Ils étaient de toutes les trempes, allant du solide et grand gaillard au plus petit mais pas pour le moins redoutable. Le rathalos poussa un cri puissant pour intimider ces adversaires, ce qui ne fonctionna pas vraiment à en juger par l'assaut mené par un vieil homme barbu que Melodia avait aperçu avant d'arriver sur place. Pendant que les plus jeunes chasseurs appliquaient leur tâche, le vieil homme se dirigea vers Melodia et Lina pour prendre des nouvelles de leur santé.

- Je suis Winmal. Le maître de guilde nous a alerté de l'accident. Quelques volontaires ont accepté de venir nettoyer le terrain et sauver les quelques chasseurs encore dans l'arène.

Melodia prit les devants et saisit son poignet pour le saluer et répondit :

- Je suis Melodia, je regardais cette débutante combattre quand je suis entré dans la place depuis les gradins pour la secourir d'un rathian que nous avons réussis à capturer ensemble. De l'autre coté, il y a un couple de diablos et un Devil Jho. Comment comptez vous procéder pour les combattre séparément ?

Winmal appela des chasseurs qui arrivaient. Les trois hommes s'approchèrent.

- Toi, divertis les diablos et tente de les amener ici. Vous deux, achevez le rathalos et formez deux équipes pour stopper les diablos et le Devil Jho de l'autre coté.

D'un signe de tête pour affirmer qu'ils avaient compris, les hommes coururent en direction de leur mission improvisée. Melodia reprit les devants de la discussion.

- Pouvez vous escorter cette petite, je vais aller prêter main forte aux autres.
- Non non, laissez moi faire. Vous avez assez donné pour aujourd'hui. Rejoignez les souterrains, ils sont surs désormais.
- Bien. On y va Lina.

Bougonnant dans son coin, Lina n'était pas satisfaite par la tournure des choses. Elle ne voulait pas qu'on l'écarte si facilement de l'action. Melodia, qui commençait déjà à comprendre le caractère de la jeune chasseuse, avait sentis le coup venir et saisit la jeune fille par le bras pour la tirer vers la sortie.

- Tu me fais mal ! Se plaignit-elle. Melodia lui retourna un regard sévère, sachant très bien ce qu'elle aurait voulu faire.
- Sais tu qui tu avais en face de toi ?
- Un vieillard qui ne peut que donner des ordres. Rétorqua-elle de manière insolente.
- Un vieillard ? C'était Winmal, la morpho des bas fonds ! Cet homme faisait partie de l'expédition « étoile du nord » il y a trois ans. Il a été l'un des rares à survivre au terrible Caedeus qui se terrait dans une grotte sous marine immense du coté de Teressalah. Il est le seul encore vivant pour en témoigner. Il est une légende.

Lina resta bouche bée et se laissa escorter. A vrai dire, elle ne savait pas ce qu'était un Caedeus. Pendant ce temps, les autres chasseurs avaient gravement meurtris le rathalos qui tenait à peine debout, les ailes brisées par un artilleur relativement habile. De l'autre coté du mur, le combat semblait faire rage, surtout depuis que Winmal les avait rejoint. Lina se retourna pour observer ce qui se tramait derrière elle. Elle vit Winmal brandir très haut sa morpho-hache au dessus de sa tête, accueillant un diablos debout sur les morceaux restants du mur effondré. Elle aurait tellement aimé le voir combattre plus longtemps maintenant qu'elle savait qu'il avait beaucoup d'importance aux yeux des autres chasseurs. Elle tira à l'inverse de Melodia, pour lui faire comprendre qu'elle n'appréciait pas la pression qu'elle exerçait sur elle. Melodia la lâcha et lui dit :

- On a plus intéressant à faire tu ne crois pas ?

Lina réfléchit un instant. Elle se souvint alors de leur discussion précédente. Lina arbora un joli sourire et suivit Melodia sans rechigner dans le tunnel, visiblement moins contrainte soudainement. Une fois la porte passée, Melodia fit un signe à Lina de rester sur la gauche de la porte, Melodia prenant la droite. Elle scruta minutieusement le mécanisme de fermeture de la porte. Lina l'imita et bloqua un instant sur quelque chose qu'elle trouvait louche.

- Viens voir par là ! Regarde ça. Melodia s'approcha et examina attentivement ce coté ci de la porte.
- Bien vu. Cet épais morceau de bois a obstrué le mécanisme, laissant la porte ouverte. Cela a été calculé avant de libérer les bêtes de leurs cages.
- Comment avais tu deviné ? C'est la présence de tant de monstres d'un coup ?
- Exactement. Il faut que nous sachions qui était l'homme responsable de ce coté ci de l'arène. Il pourrait y avoir un lien. Nous irons voir les registres de passage pendant la panique et, éventuellement, savoir qui était chargé des portes. 

Les chasseuses traversèrent de longs couloirs ingrats et dégradés par le temps. Plus loin, de grosses cages étaient ouvertes. Il n'y avait plus un seul monstre. Lina s'arrêta de trottiner et observa.

- Tu as remarqué ? Fit Lina.
- Quoi ? Les cages ?
- Oui, elles sont ouvertes et aucune ne sont défoncées. Ça voudrait dire qu’elles ont été volontairement ouvertes ?
- Comment expliquer qu’elles soient intactes sinon ? Dépêchons nous, on peut peut être encore atteindre la salle des registres.
Melodia et Lina se hâtèrent en direction des couloirs rénovés. Devant la porte, des gardes les accueillirent. Lina s'excita et lui dit vivement :

- J'étais dans l'arène débutant quand tout à déconné ! 

Le garde lui répondit calmement de rester tranquille et il appela un homme derrière la lourde porte avec qui il chuchota quelques mots inaudibles. Melodia réussit à entendre la réponse de l'autre homme qui était moins discret que le premier.

- Si elle dit qu'elle était dans l'autre arène, vaudrait mieux faire profil bas, elle aurait pu y rester ...

Le premier garde leur fit signe d'entrer. L'homme derrière les portes les accueillit à son tour et s'excusa de nombreuses fois pour les circonstances difficiles qu'elles avaient dû affronter ensemble, seules, face à autant de grands monstres. Lina aurait voulu lui exposer la vérité des choses mais ne voyant pas Melodia réagir plus que cela, elle comprit que ce ne serait pas ces hommes là qui arrangeraient les choses. Melodia échangea un regard complice avec la jeune chasseuse, fière qu'elle eut compris ce qu'elle voulait faire. L'heure des révélations allaient bientôt arriver, une enquête serait ouverte et un coupable désigné. Malheureusement pour elles, il était trop tard pour fouiner à la recherche d'indices. Les sécurités étaient de nouveau en place, le chaos était passé. La zone était totalement sécurisée. Il était impossible de traverser un couloir sans voir un membre de la garde de la cité.





Lina n'en revenait pas. Elle venait de dormir toute la nuit dans la plus belle chambre qu'elle n'ai jamais vu. Un lit double immense rien que pour elle avec des draps fabriqués du duvet de Kelbi, soyeux et finement brodés. De belles poteries étaient disposées ici et là aux coins des murs ou sur de petites étagères. Et surement le meilleur : Il y avait un magnifique balcon de granit blanc surplombant tout le centre ville. Lina était excitée comme une puce et s'était levée très tôt pour profiter de tout cela, laissant Melodia se reposer plus longtemps.
Un plateau leur avait été livré : du lait de vie et du pâté de popo avec un bon crouton de pain croustillant et légèrement doré au four. Lina était au paradis ! Il y en avait pour au moins quatre personnes. Lina s'assit à la table en silence et commença à couper un morceau de pain et y tartina une tranche de pâté. Elle gouta et en savoura chaque bouchée. Elle n'avait jamais gouté un met aussi délicieux. « Si seulement j'étais riche ... » se dit-elle en mangeant un second morceau.

Melodia s'étira longuement depuis le coté gauche du lit. Lina lui adressa un sourire amical et lui demanda poliment :

- Tu as bien dormi ?

Melodia était songeuse. A vrai dire, elle n'avait pas vraiment pu fermer l'œil de la nuit suite aux événements de la veille. Elle s'était tournée la majorité du temps du coté opposé de celui de Lina, les yeux à moitié fermés seulement, et avait réfléchi de longues, très longues minutes sur sa situation. Elle en avait conclu que c'était désormais désespéré pour elle. La violation du code des chasseurs, c'était une accusation relativement grave et elle se doutait bien que, malgré son rang social, personne ne pourrait l'aider à esquiver la sanction qui l'attendait le lendemain. Melodia rabattit ces bras le long de son corps et ne dit pas à Lina qu'elle ne s'était pas vraiment reposée :

- ça peut aller. La chambre te plait visiblement. Je t'ai entendu gambader ici et là dans la pièce au milieu de la nuit.
- Tu exagères !! Et oui, elle est magnifique ! Je n'avais jamais rien vu de tel. Je n'ai jamais eu la chance de pouvoir ne serait ce qu'en voir une auparavant.

Melodia rejoignit la jeune chasseuse à la table et glissa le couteau directement dans le pâté pour en sortir un petit morceau sur la pointe. Elle porta la nourriture à sa bouche et l'avala. Un sourcil se haussa sur son visage et reposa le couteau sur la table, à coté de son emballage.

- Le pâté ne te plait pas ? Lui demanda Lina curieuse de sa réaction.
- J'ai l'habitude. Rétorqua Melodia le visage grave. Mais ce n'est pas ce qui m'inquiète le plus ce matin. Ajouta-elle.

Lina ne comprenait plus. Pourquoi Melodia était si frustrée après une journée mémorable comme la veille ? Pourquoi ne se réjouissait-elle pas des révélations qu'elle avait à faire ? C'était très excitant pourtant, elles allaient devenir des héros, de véritables survivantes revenues saines et sauves d’un véritable enfer !

- Qu'est ce qui ne va pas ? Aujourd'hui, on va toujours voir le maitre de guilde non ? On va lui raconter ce qu'on a vu !
- Rectification jeune fille, je serai la seule à aller voir le maitre de guilde et je préférerais ne pas à avoir à le faire …

Lina tapa du poing sur la table, se redressant sur ses jambes comme une furie. Elle était soudainement furieuse contre sa compagne de chambrée.

- Mais … mais … J'y étais moi aussi ! Tu n'as pas le droit !

Un bruit retentit lourdement contre la porte. C'était la poignée de porte se trouvant au milieu. Quelqu'un désirait entrer. Melodia lui dit d'entrer et deux hommes armés de lance entrèrent dans la chambre, n'allant pas plus loin que le pas de la porte. Le plus costaud des gardes prit la parole et laissa sa grosse voix arriver aux oreilles des deux chasseuses attablées.

- Melodia Kardoki, le chef de la guilde désire s'entretenir avec vous immédiatement.

La colère de Lina s'agrandit exponentiellement, entrant désormais dans une colère noire. Melodia ne la laissa pas exploser. Elle se redressa d'un bond et lui mit une petite pichenette au niveau du nez, ce qui fit reculer la fille sous la violence du geste, ce qui ne paraissait pas évident quand on ne la ressentait pas. Ses deux mains autour de son nez, Lina était surprise, stupéfaite de la réaction de Melodia. Elle ne dit rien et souffrait en silence. Melodia, qui avait dormi au dessus des draps sans se déshabiller contrairement à Lina qui avait enfilé un petit peignoir parfumé à l'orange, se dirigeait sans tarder vers les gardes qui l'attendait pour l'escorter. Lina s'énerva de plus bel, restant toutefois à sa place :

- Tu me le paieras traitresse !

Melodia sortit de la pièce. Le garde qui se plaça dans son dos claqua la porte derrière lui, laissant ainsi Lina sans la moindre explication de ce qu'il se tramait vraiment. Dans sa tête, Melodia pensa fortement : « Ce n'est pas ce que tu crois ... ». Malgré cela, elle ne souhaitait pas attirer des ennuis à la filette, même si, en quelque sorte, elle pourrait être cataloguée dans la catégorie « complice ». 
 


Quelques minutes plus tard, après avoir quitté l'auberge et traversé deux ruelles éclairées par les premiers rayons du soleil, La petite escorte entra dans un grand bâtiment de pierres blanches finement taillées, demeure du célèbre conseil des chasseurs présidé par le chef de guilde lui même. Melodia s'arrêta devant la lourde porte, les bras dans le dos, et le garde frappa à deux reprises à la porte et annonça la chasseuse :

- Melodia Kardoki est avancée. Puis je la faire entrer ?

Faisant un signe de la main de la faire entrer, le maître de guilde resta figé, tout comme les quatre autres membres qui étaient autour de lui, 2 deux à sa droite et deux à sa gauche. Melodia entra et posa un genou à terre, baissant sa tête vers le sol. Le chef de guilde prit la parole sur un ton neutre :

- Relevez vous. Melodia se redressa et fit face au conseil, les jambes bien serrées, les bras le long du corps, d’un air sollenel. Le chef de guilde reprit : Les événements d'hier m'ont été conté par les chasseurs et par les témoins qui vous ont aperçu dans l'arène. Votre courage a permis à une jeune fille de vivre. Sans vous, elle n'aurait très probablement pas survécu au terrible rathian qui l'attaquait et pour cela, le conseil vous félicite et vous transmets toute sa gratitude.

Melodia ne bougea pas et resta concentrée sur les paroles du maitre de guilde. Le plus dur était encore à venir et elle le savait. Les autres membres du conseil se mouvèrent légèrement, sans pour autant prendre la parole. Une sentence avait d'ores et déjà été prise avant même l'arrivée de Melodia. Il n'y avait pas lieu à intervenir pour eux. Le maitre de guilde reprit sous les yeux de Winmal la légende qui venait d'entrer discrètement dans la pièce, derrière les sièges alignés du conseil.

- Toutefois, vous avez exécuté ce même Rathian préalablement capturé dans l'arène. Niez vous ces faits ?
- Oui maître, c'est la vérité.

Winmal regarda fixement Melodia. Il savait aussi bien qu'elle que la situation était injuste, elle qui avait apporté son aide et qui allait bientôt supporter une sanction qu'elle ne devrait pas recevoir.

- En temps que chasseuse, vous savez qu'abattre un monstre préalablement capturé est une violation grave au code d'éthique des chasseurs de la guilde.
- Oui maître, la règle n°6 du code. J'assume ces faits. Cependant, je … Sans s'interrompre, le maître de guilde continua à dévoiler son verdict :
- Le conseil est conscient de ce que vous avez apporté dans la bataille mais aucune entorse au règlement ne peut être toléré dame
Kardoki. Ainsi, par ce jugement, vous êtes relevée de vos obligations de chasseuse de la guilde et vous êtes également condamné à quitter la capitale pour une durée de cinq années, après quoi un nouveau jugement de ré-inclusion sera voté si votre comportement fut exemplaire durant ce temps imparti.

Winmal prit alors sa défense en tentant d'obtenir une sanction moins forte pour celle qui avait bondit dans l'arène sans réfléchir et au péril de sa vie :

- Maitre, si je peux me permettre, n'est-il pas possible d'obtenir une relax ne serait ce que partielle pour celle qui a risqué sa vie pour préserver la vie d'une jeune chasseuse sans défense ? Tuer le rathian apparaissait nécessaire pour distraire le Devil Jho et n'affronter que 2 diablos, ce qui est déjà relativement difficile en soit, même pour un chasseur expérimenté.

- Nous entendons bien vos paroles Winmal mais vous savez que le conseil n’est pas une instance de réflexion mais de respect du droit et des valeurs fondamentales des chasseurs qui en font partie. De plus, nous avons déjà pris en compte ces éléments dans notre décision. C'est justement ce qui évite un emprisonnement pur et dur de dame Kardoki. Croyez bien que cette décision nous peine autant que vous ...

Melodia ne changea pas son attitude. Elle répondit :

- Au moment précis où j'ai tué ce rathian, je savais à quelless sanctions je m'exposais maitre. Quand dois je quitter la ville ?
- Votre escorte vous attend déjà à la porte de cette pièce. Vous partez immédiatement.
- Bien maitre.
 


Lina traversa plusieurs rues d'un pas vif. Mais où étaient-ils tous passé ces maudits gardes ? Ou était Melodia ? Lina ne se remettait pas de sa trahison envers elle. Elle cherchait désespérément le chemin où on pouvait trouver le chef de la guilde. Elle questionna des dizaines de personnes, sans jamais réussir à suivre leurs indications pourtant pas toujours mauvaises. Par chance, Lina aperçu le vieil homme de l'arène !

- Winmal !
- Qui me demande ? Fit-il en se tournant vers la chasseuse. Je te reconnais petite. Lui dit-il d'un regard amusé.
- J'étais dans l'arène débutant hier. Où puis je trouver Melodia et le maitre de la guilde ?
- Pourquoi veux tu trouver le maitre de guilde petite ?

Lina se dit qu'il était une légende ici. Il était surement une des personnes les mieux placées pour comprendre ce qu'elle avait vu avec Melodia la veille. Après tout, avec ce que Melodia venait de lui faire ce matin en allant seule à la guilde, il n'y avait pas de raison qu'elle se prive d'en parler à Winmal seule également. L'homme l'écouta très intéressé même s'il ne savait pas qui croire réellement. Ne montrant aucun signe de frustration ou de dépit, il écouta le récit de la jeune fille avec attention et la laissa terminer. Lina continua :

- Vous en pensez quoi vous qui êtes un grand chasseur influent ? 
- Tu m'apprends des choses là petite. C'est Melodia qui t'a guidé sur cette piste ?
- Pas plus que cela. Mentit Lina qui désirait se faire mousser devant Winmal. D'ailleurs, savez vous ou je peux trouver cette … Line se reprit alors : La trouver ?

Interloqué, Winmal n’en fit rien paraitre et repondit par une autre question :

- Pourquoi ?
- C'est une longue histoire … Ou puis je la trouver s'il vous plait ?
- Elle a du quitter la ville désormais. Répondit-il en se détournant de la jeune fille.
- Quoi ?! Répondit Lina sur un ton plus énervé qu'au début de la discussion. Merci ! Lui cria-elle en se dirigeant vers les portes de la ville.

Elle s'arrêta brusquement et s'adressa de nouveau à Winmal : Gardez pour vous ce que je vous ai révélé pour l'arène ! Il ne faudrait pas affoler la population !

- Je te le promets. Lui répondit Winmal en la regardant s'éloigner en courant, un sourire encore plus long qu'au début de la brève discussion.

Lina courut à toute vitesse dans les rues, bousculant quelques personnes par moment lorsqu'un mur se dressait devant elle. Malmenée dans sa course, Lina était déterminée à rejoindre Melodia pour régler ces comptes avec elle. Elle n'avait rien d'autre à faire de toute façon. Les tournois avaient été gâché, elle ne pourrait jamais faire valoir l'histoire qu'elle avait à raconter sans l'aide de Melodia qui était désormais son ennemie et, de toute façon, elle n'avait plus grand chose à faire ici, ne vivant qu'au jour le jour sans jamais savoir où s'abriter la nuit en temps normal. Elle se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir faire à son ennemie pour se venger. Elle savait qu'elle n'avait pas la moindre chance mais, de toute façon, elle savait aussi que Melodia ne lui ferait aucun mal. A quoi bon l'avoir sauvée la veille sinon ?

Un homme la vit passer en trombe et la reconnu aussitôt, tout comme Winmal peu de temps avant. L'homme se mit à trotter derrière elle, marquant une distance de sécurité sans toutefois la perdre de vue. Lina s'essoufflait mais poursuivait sa route sans en démordre, la rage au ventre.





Melodia était amer mais elle savait qu'il n'y avait pas d'autre solution. Elle était sortis de la salle du conseil sans dire un mot, sans contester, sans revendiquer sa cause et surtout sans dire ce qu'elle avait pu constater dans l'arène malgré le mystère de ce jour là. En étant rayée du tableau des chasseurs de la guilde, elle perdait tous ces droits en temps que chasseuse et elle ne disposait plus de la même confiance des vétérans et des patriarches qui dirigeaient la guilde. Tout cela n'était désormais plus de son ressort, aussi injuste soit-il. Raccompagnée aux portes de la ville, Melodia se retourna simplement vers la ville après avoir parcouru quelques mètres, mais garda le silence. Les mots restaient coincés en travers de sa gorge mais elle n’en montrait rien. Elle maintenait un air sévère et fier, un voile construit pour la circonstance.

Ce que Melodia regrettait le plus sur le moment, c'était de ne pas avoir pu rendre visite à Joseph Still, ce marchand combinateur au succès reconnu dans la capitale. La veille, lors du sauvetage de la jeune Lina, Melodia avait quasiment vidée sa sacoche au combat. En effet, elles avaient utilisées un transporteur, trois bombes de fumée, une ration, un piège et cette étrange bombe de gravité relativement rare, sans compter les bombes tranquillisantes qu'il avait fallu pour endormir le rathian.  En revanche, elle restait une chasseuse malgré tout, même en dehors de la guilde. Cette liberté, personne ne la lui avait enlevé et c'était l'opportunité d'entamer un long voyage à la découverte de certains endroits du monde qu'elle n'avait encore jamais eu la chance de voir. Perdre son statut lui offrait d’autres opportunités. Melodia suivit le chemin qui la porterait loin de la ville en entamant la petite montée que celui-ci faisait. A mi chemin du sommet, une voix se fit entendre au loin :

- Où vas tu comme ça ?

Lina était enfin arrivée aux portes de la ville. Les gardiens ne lui avaient pas fait barrage. C'est plutôt dans le sens inverse qu'ils sont réticents, tel était leur travail au quotidien. Elle courut vers Melodia, la jaugeant comme un adversaire. Elle dégaina sa hache en cours de route, d’un air menaçant et s'arrêta à quelques pas d'elle, légèrement en contrebas, en position de garde. Agressive uniquement pour s'imposer, elle ajouta nerveusement :

- Tu m'as trahie !
- Tu ne m'attaqueras pas … Répondit Melodia calmement.
- Je le ferai ! Tu m'as trahie, tu as été voir la guilde sans moi !
- Je ne me battrai pas contre toi. Apprend à te maitriser bon sang, tu ne sais même pas de quoi tu parles !
- Je crois ce que je vois !
- J'ai été banni de la guilde. Il n'y a pas de gloire à retirer de cela. 

Lina apparut soudainement stupéfaite. Comment la personne qui lui avait sauvé la vie pouvait être relevée de ces fonctions de chasseuse au sein de la guilde ?

- Mais … mais … pourquoi ?
- Tu devrais le savoir, tu es une chasseuse débutante de la guilde. J'ai tué une bête dans son sommeil après l'avoir piégée. C'est contraire aux règles et j'ai été sanctionné pour cela.
- Mais tu n'avais pas le choix ! Nous y aurions laissé la vie sans ça.
- Alors nos vies valent plus que celles des autres créatures qui nous entourent ? Tuer un kelbi pour se vêtir et tuer un Popo pour se nourrir, ça n'a rien à voir avec le fait de tuer cent kelbis pour assouvir sa soif de cupidité. Par principe naturel et loyal, je n'avais pas le droit d'ôter la vie à ce rathian dans un état aussi vulnérable que le sien, même en dépit de nos vies.
- C'est injuste … Je ne sais pas quoi dire ...
- Il n'y a rien à dire. Range ton arme et retourne en ville maintenant. Tu as un tournoi à terminer.

Melodia tourna les talons et se remit en route vers la forêt, laissant Lina derrière elle. Lina ne l'entendait pas de cette oreille. Elle rangea rapidement sa hache et attrapa Melodia par le bras.

- Je viens avec toi.

Sans la regarder, Melodia se doutait qu'elle allait avoir une réaction stupide et c'est exactement ce que son interlocutrice venait de faire.

- Tu es sourde ? Je suis B.A.N.N.I.E. Partout où tu iras, tu seras susceptible d’être jugée pour ce que tu n’es pas comparé à moi. Là où je vais, tu n’es pas de taille.
- Je me fiche des autres. Je me fiche d’être de taille ou pas. Je suis une chasseuse et je veux découvrir le monde moi aussi. Je me fiche bien d'une guilde qui ne maitrise pas des failles comme celle que nous avons découverte hier. Laisse moi t'accompagner s'il te plait … Tu m'as montré plus de choses que quiconque en ce bas monde en peu de temps dans l'arène … C'est avec toi que je deviendrai une grande chasseuse.

Melodia fronça les sourcils et se tourna vers Lina, retirant son bras de son emprise, lui jetant un regard assez noir. Elle se chercha des arguments. Après un instant de silence, elle décida de tenter l’approche radical :

- Je ne pourrai pas supporter ton mauvais caractère un jour de plus de toute façon. Trouve toi une autre partenaire, de la guilde de préférence. Il y a de très bons formateurs en ville si toutefois tu te disciplines mieux.

Lina s'attendrit soudain à l'extrême, pour prouver à Melodia qu'elle était capable de se maitriser. La remarque de Melodia l’avait réellement blessée. Mielleuse à l’extrême, d’un air sarcastique, Lina lui répondit en enlevant les plis qu'elle avait fait sur le tissu de la manche de Melodia en frottant délicatement :

- Je peux être très aimable et serviable tu sais. Regarde, j'ai enlevé les plis. Tu devrais apprécier le sacrifice que je fais pour toi. Je suis prête à tout pour ne pas te laisser partir seule. Je ne suis pas prête à ne plus te revoir.
Même si elle savait que Lina se forçait et se moquait éperdument d'elle, Melodia fut touchée par les dernières paroles qu’elle avait prononcé. Cette fille était difficile à cerner : Tantôt très calme et posée, tantôt brusquement violente et vulgaire. Elle était caractérielle, insatisfaite, provocatrice mais aussi extrêmement douée. Melodia ne résista pas longtemps :

- Tu es libre de faire ce que tu veux. La seule chose que je te demanderai, c'est d'écouter mes conseils de chasseuse plus expérimentée que toi. Tu as trop tendance à foncer tête baissée. Tu dois apprendre et pour cela, tu dois admettre tes erreurs et savoir écouter.
- Je vais essayer. Répondit Lina avec un large sourire aux lèvres, heureuse de pouvoir continuer sa route avec elle. Je te le promets. Ajouta-elle.
- Dois tu repasser par la chambre d’hôtel avant que nous partions ?
- Je voyage léger. Je n’ai rien laissé derrière moi. Dit moi, où va-on ?
 


 
Les deux chasseuses firent route vers la forêt en suivant le sentier commercial basique pavé. On pouvait désormais l'apercevoir au loin. Elle semblait touffue et encore bien verte pour la saison. Seules quelques feuilles jaunes, orangées ou rouges pointaient ici et là, le vert restant la couleur dominante sur tous les arbres. Lina donnait des coups de pied dans les gros cailloux qu'elle croisait, les envoyant traverser de petites haies le long du chemin ou plongeant directement dans le petit ruisseau qui coulait sur sa droite. Melodia avançait décontracté et dans ses pensées.

- Tu ne m'as pas dit où on allait boss ?
- Ne m'appelle pas comme ça ! On va aller du coté de la Toundra, très au nord, nord-est de la capitale. Il faudra absolument qu'on s'équipe chaudement avant d'arriver et surtout, se trouver des armes élémentaires de feu, de préférence.
- C'est toi le boss. Lui répondit Lina toujours dans son optique de la parfaite petite assistante chasseuse.
- Tu comptes te moquer de moi longtemps comme ça ?
- Je ne me moque pas de toi boss ! Lina éclata de rire, ce qui fit apparaître un léger sourire sur les lèvres de Melodia. Melodia lança la discussion, désireuse de connaître un peu mieux sa nouvelle compagne de chasse étant donné qu'elles sont désormais vouées à combattre ensemble.

- Parle moi de toi.
- Qu'est ce que tu veux savoir ? Répondit Lina calmement, ne savant pas quoi dire précisément sur elle même.
- Je veux tout savoir. Comment es tu arrivée à la guilde ? D'où viens tu ?

Lina réfléchit un instant, cherchant comment elle allait tourner son récit. Se grattant le menton, remettant une petite mèche en place, elle resta silencieuse quelques temps, tout en continuant de marcher aux cotés de Melodia. Elle commença alors :

- Et bien, je n'ai jamais vu mes parents. Du moins, j’en ai aucun souvenir précis. J'ai été recueillie par une famille du coté de Pelfonheim, à quelques kilomètres de la Toundra. Le temps froid ne me fait pas peur.

Lina s’arrêta avant de continuer. En retraçant son périple dans sa tête, elle se souvint alors de ces quinze ans. Ce souvenir était enfoui au plus profond de son âme et le voilà qui ressortait d’un coup, sans avertissement. Elle médita un instant là-dessus, se remémorant cette question qui l’avait tant fait réfléchir : Comment est ce possible de se réveiller à un endroit où on ne se souvenait pas d’être venue ? Plus étrange encore, il s’était écoulé plusieurs jours sans qu’elle s’en aperçoive. C’est comme si le temps s’était arrêté pour elle mais que le monde avait continué à tourner. Ce mystère restait entier. Elle décida d’esquiver ce passage de sa vie :

 - J’ai toujours aimé la chasse. J’ai appris seule à combattre les monstres. Je m’absentais parfois plusisurs jours pour découvrir ce qu’il se tramait plus loin du village. Vers mes quatorze ans, j'ai voyagé seule et j’ai quitté défitivement le village. Je n’y suis jamais retournée. Depuis, je campe ici et là et je me balade au fil de mes envies. J’ai lu une affiche à Toldem à propos de ce tournoi et me voilà. Notre rencontre est le fruit du hasard finalement. J'étais venue ici pour tenter de gagner un peu plus d'argent. Mes proies habituelles ne sont malheureusement pas très prisée et il faut bien se nourrir.
- Tu es orpheline ? Voilà qui explique ton coté débrouillard. Qui t'a appris à te battre comme tu l'as fais dans l'arène ?
- Comme je te l’ai dis, j’ai appris seule ou en regardant d'autres chasseurs.
- Tu as vraiment vu d'autres chasseurs danser comme tu l'as fait dans l'arène ? Je n'avais jamais rien vu de tel ! Lui répondit Melodia doutant de ce que Lina venait de dire.
- Non non, ce style de combat m'est propre ! J'ai beaucoup de facilité d'esquiver ainsi et je fais ça avec une aisance que tu n’imagines même pas.  
- Tu ne t'es pas entrainée ?!
- Peu. J'arrive à sauter très haut, à faire un tour complet dans les airs sans problème. J'utilise cette faculté pour perfectionner mon style de combat.
- Tu es vraiment unique, c’est le moins qu’on puisse dire. Quel âge as-tu ? Je te donne une quinzaine d’année.
- Je vais sur mes dix sept ans.

Lina lui envoya un sourire gratifiant, de l'avoir écoutée d’une part et de s’intéresser ainsi à elle d’autre part. Elle n’en avait pas l’habitude. C'est ce coté rassurant qui lui plaisait chez Melodia, comme une seconde mère même si l’expression ne se prêtait pas vraiment dans son cas. C'est comme si elle savait ce qui était gênant, point sur lesquels elle n'insistait pas. Sa présence lui plaisait également. Après tant de temps seule, Lina appréciait vraiment d'être comprise et mise en valeur par une inconnue encore la veille. 

Un homme s'approcha au loin, droit dans leur direction. L'homme les regardait avec insistance, les salua de la main et s'arrêta juste après les avoir croisées. Il se retourna et interpela Melodia :

- Mais oui, c'est bien vous, vous vous souvenez de moi ?

Grand, brun, les traits fins et le regard doux, l'homme semblait plutôt costaud et était habillé d'une tenue classique de Loc Lac, la tenue de la capitale. Ces habits étaient propres. Cette sortie semblait plus être une promenade plutôt qu'une chasse à proprement parler.

- Veuillez me pardonner, mais je ne vois pas de quoi vous parler. Répondit Melodia gênée de ne pas connaître cet homme qui semblait la reconnaître.
- Souvenez vous, j'étais dans l'arène quand Winmal a mené la riposte de sauvetage.
- Je suis désolée, je ne me souviens plus des visages qui étaient présents pour la plupart. Merci d'être venu.

Lina observa l'homme, méfiante de son intrusion dans leur discussion basée sur elle. C'est comme si elle était jalouse soudainement qu'on lui accapare son amie sous son nez. Elle non plus ne se souvenait pas de l'homme.

- Ce n'est pas grave. Où allez vous toutes les deux en cette fin de matinée ? Vous ne restez pas pour voir la fin des tournois ? Ils reprendront quand les problèmes techniques seront résolus.

Melodia resta vague et répondit simplement, en esquivant la réalité de sa situation :

- Nous avons décidé de quitter la ville suite aux incidents. La fête est malheureusement gâchée selon moi.
L'homme l'écouta et observa le regard méprisant de Lina du coin de l'œil, se replaçant rapidement sur Melodia qui semblait plus sympathique.
- C'est compréhensif. Je n'ai plus qu'à vous souhaiter un bon voyage alors. Au fait, je me nomme Julien Stieglitz, prétendant au titre de meilleur chasseur de grand monstre. Je serai ravi de vous revoir en de meilleures circonstances. Où vous dirigez vous ?

Toujours aussi vague, Melodia dit simplement :

- Vers le nord. Nous n'avons pas de destination précise. On a encore beaucoup de chemin à parcourir. Au revoir Julien.
- Au revoir Melodia. Ton prénom m'échappe petite, je te prie de m’excuser.
- LINA ! LINA PORTAN ! En insistant sur les syllabes afin que son nom rentre bien dans la tête de Julien. Lina semblait vexée d'être une parfaite inconnue à ses yeux, même si cela était affreusement prévisible.  
- Bien, j'espère te revoir aussi un jour Lina. Tu as fait bonne impression dans l'arène hier.
Lina arborait une mine flattée et prétentieuse face au compliment de Julien. Les saluant de nouveau de la main, Julien reprit sa route en direction de la ville. Melodia et Lina continuèrent leur chemin, parlant à voix basse de leur rencontre.

- T'a vu ! Il te connaissait ! Dit Lina surprise.
- En effet, comme beaucoup … Répondit Melodia comme si elle était blasée d'avoir été reconnue.
- ça ne te fait pas plaisir à toi ?
- Pas plus que cela.
- Pourquoi ? Être connue pour ces talents de chasse, c’est la plus belle distinction qu’on puisse espérer non ?
- Tout dépend du sens que tu souhaites donner à ta vie. Winmal est un grand chasseur car il cherche des créatures rares et uniques à combattre. Certains autres chassent pour obtenir des produits à vendre et subsister par le commerce. Je suis ni l’une ni l’autre.
- Tu es quoi alors ? Pourquoi es tu une chasseuse ?

Melodia ne répondit pas à cette question. Elle laissa le silence s’installer, seulement troublé par le bruit de leur pas sur les pavés qui se succédaient les uns après les autres, bien en ligne. Elles continuèrent à s'enfoncer sur le chemin, arrivant enfin à l'orée du bois après deux bonnes heures de marche. La journée s'annonçait longue et épuisante. Cette forêt est immense. Melodia pris la parole :
- Je vais t’emmener quelque part où tu devrais comprendre. Tu seras en mesure de répondre à ta propre question après.       




- Je suis fatiguée … Gémit Lina découragée alors que la nuit tombait peu à peu.

Cela faisait des heures que les chasseuses marchaient et, visiblement, elles avaient finis par se perdre malgré qu'elles aient suivis le chemin tracé à travers les fourrés. Cette forêt était vraiment immense et de nombreux croisements menaient nulle part, vestiges oubliés avec le temps et que personne n’avait jugé opportun de retracer.

- Tu veux encore faire une pause ? Il fait nuit maintenant, on ne peut pas se permettre de s'attarder. Nous n'avons pas d'équipements et ce serait trop dangereux à la belle étoile dans ces zones forestières. Les carnaciers chassent en tout heure, des dangers qu’il vaut mieux éviter dans un endroit qui n’est pas notre élément, l’obscurité comme inconvénient.

Lina bougonnait en trainant ces paillasses par terre, s'épuisant d'autant plus par voie de conséquence. Émettant un soupir supplémentaire, elle rétorqua maladroitement :

- Quel idée de partir sans équipement aussi !

Melodia ne releva pas cette remarque qui avait tout de vexant pourtant. Si elle avait eu le choix, elle se serait équipé bien évidemment. Lina ne remarqua pas la fâcheuse situation dans laquelle elle venait de se fourrer, ne pensant plutôt qu'à un bon lit douillet ou un bon repas comme celui qui lui avait été offert après l'accident dans l'arène. Elle ajouta :

- Et puis, ça ne serait pas la première fois que je dormirais à même le sol ! 

Le vent se levait, faisant danser les feuilles qui se maintenaient tant que possible sur leur branche, certaines craquants et allant s'échouer sur le sol, vidées de leur vitalité des beaux jours. Malgré que la journée fut plutôt chaude pour la saison, la tombée de la nuit apportait une réelle fraicheur qui devenait désagréable au fil des minutes. La nuit promettait d'être glaciale ! Sifflant dans les branches et donnant la chair de poule à Melodia, le vent s'engouffrait partout où il le pouvait sans que rien ne puisse l'arrêter. Lina, malgré la fatigue, ne frissonnait pas le moins du monde dans son armure de Jaggi qui n'était pas fermée totalement.

Elle s'était brusquement stoppée dans sa marche, laissant Melodia avancer de quelques pas avant qu'elle ne s'aperçoive que sa compagne de voyage ne trainait plus ses pieds sur le sol. Son regard était vide, ne fixant rien de précis. Dans sa tête raisonnait ces miaulements aigus qui se faisaient de plus en plus forts.

- Quelque chose ne va pas ? S'interrogea Melodia ne comprenant pas la réaction de son amie. Lina ne tarda pas à répondre, s'énervant du silence brisé par Melodia.
- CHUT ! Tu n'entends pas ?

Melodia resta silencieuse et regardait avec beaucoup d'attention Lina. Elle en découvrait un peu plus sur elle chaque jour et visiblement, elle n'avait pas finie de l'épater. Soudain, Lina s'écria :

- Ce ne sont pas des felynes, ni des melynx !

Elle détalla alors à toute vitesse, oubliant sa fatigue et dégaina sa Tabar. Elle traversa impulsivement deux murailles de ronces et de taillis sans le moindre problème, sans ressentir les petites griffures qui venaient de lui tailler la peau. Melodia la suivis difficilement, tellement son agilité lui permettait de franchir les obstacles facilement.  Lina bondit alors droit sur ce Qurupeco qui s'attardait sur cette jeune fille à la flamboyante armure de rathian. Elle tentait de lui échapper, en vain mais le Qurupeco revenait sans arrêt à la charge, lui barrant la route quelque soit le chemin emprunté pour la fuite. Lina réussit à rapidement détourner l'attention du Qurupeco qui chercha à se placer face à Lina qui ne tenait plus en place et qui l'entrainait le plus loin possible de sa chasse précédentes dans de grands mouvements et de cris de provocation. La jeune fille à l'armure de rathian se remit de ces émotions et de son sauvetage in-extremis, reprenant rapidement son souffle avec ces quelques instants de répits. Lorsque Melodia arriva à sa hauteur, elle l'aida à se relever. L'animal la pourchassait et avait réussis à la bloquer dans cette zone et avait appelé des Melynx qui approchaient discrètement, s'apprêtant à attaquer et à voler les quelques biens des humains présents.

- Tu vas bien ? Lui demanda Melodia l'aidant à se relever.
- Qui êtes vous ? Lui répondit la jeune fille à peine âgée d’une quatorzaine d’année. Elle paraissait sauvage et peu habituée à la présence d'inconnus dans son entourage.
- Tu viens d'Ifafruga, je me trompe ? Comment se porte Baldwyn Gorin, votre patriarche ?
- Vous connaissez Maître Gorin ?
La jeune demoiselle semblait surprise. Elle n'avait jamais vu le visage de Melodia autrefois avant aujourd'hui.
- Cela fait un bien long moment. Conclu Melodia avant de jeter un œil sur Lina qui esquivait sans cesse et attendait le bon moment pour attaquer le Qurupeco. Marta, la jeune chasseuse auparavant en détresse,  jeta un œil sur Lina à son tour et se présenta.
- Je suis Marta Gorin, la petite fille de Baldwyn Gorin. Tu devrais aller aider ton amie. Elle est prudente mais je sens qu'elle n'attendra pas longtemps avant de sauter tête baissée dans la bataille.
- Comment peux tu affirmer ça ?
- Juste en la regardant. Elle se contenterait d'esquiver si elle n'avait pas envie de combattre le Qurupeco seule. Or, elle le titille avec son épée, lui donnant des coups bien placés dans les pattes. Elle le veut pour elle toute seule, à terme. Elle ne tient pas en place. Elle est en mouvement sans cesse, cela témoigne de son impatience. Elle est plutôt débrouillarde d’ailleurs. On dirait un barioth.
- Ta comparaison est intéressante. Reste en arrière.

Le barioth est un chasseur redoutable. De longues dents asserées, une queue coupante comme un rasoir, des griffes emprisonnant un homme de bonne corpulence sans problème, il bondissait derrière ces ennemis en un éclair en planant avant de tenter de leur sauter dessus. Le style de Lina en était assez proche finalement. Elle esquivait sans cesse attendant une embouchure qui lui permettrait d'approcher et de le taillader jusqu'à l'empoisonner avec son tabar sanglant. En attendant, elle faisait face à ce petit Qurupeco. Un jeune adulte très probablement. Melodia chargea avec sa lance en direction de la bête qui poussa un petit cri qui n'avait rien d'assourdissant. Melodia passa à coté de lui, le taillant à de multiples reprises sur le flan droit. Elle s'arrêta net derrière lui et lui administra de violents coups de lances dans le dos. Lina était appuyée sur un genou, l’autre main au sol. Elle leva les yeux et observa Marta qui ne prit pas garde aux melynx qui s'approchaient à pas de loup d'elle. Elle se redressa d'un bond et lança sa Tabar qui alla se planter à moins d'un mètre de Marta qui fit un bond de surprise. Les félins prirent crainte et retournèrent se cacher derrière les arbres les plus proches en feulant. Lina s'approcha de Marta, laissant Melodia gérer le Qurupeco seule.

- Tu avais oublié les Melynx ! J'ai entendu le Qurupeco les appeler !
- Merci d'être intervenue. Je ne m'en serais pas sortie facilement cette fois ci ...
- Tout comme moi sans Melodia, Ajouta Lina. Tu ne viens pas faire virevolter ton marteau sur son silex ? Lui proposa Lina d'humeur sympathique depuis son petit exploit.
Elle récupéra sa lame sans enlever la terre qui était accrochée au poison qui reluisait sur  le tranchant de la lame. Elle fit faire un tour de la lame autour de son poignet avant de se remettre en route vers l'animal blessé par les assauts incessants de Melodia, très offensive à cette heure tradive. La jeune fille lui avait fait signe que non, de la tête, sortant toutefois son marteau pour le frapper un grand coup au sol pour décourager les melynx de s'approcher. Après plusieurs coups de boutoirs, Lina et Melodia vinrent à bout de l'animal qui s'écroula sur le sol dans un dernier gémissement, sans causer de grands dommages aux chasseuses. Elles le dépecèrent chacune leur tour, habilement, afin d’en récupérer de bonnes pièces pour la forge. Lina s’acharna sur une aile, tentant de récupérer un morceau de silex en vain tendit que Melodia récupérait deux plumes flamboyantes et un bec malheureusement tordu et meurtri sous l'impact de sa lance. Elle rangea son petit couteau et saisit une des petites plumes aux couleurs rosâtres et violettes qu'elle prit soin de ne pas abimer. Elle s'approcha de Marta et la lui tendit.

- Tu mérites ta part du butin Marta.

Lina s'approcha à son tour, rangeant le tout petit morceau de silex qu'elle avait réussi à extirper de l'aile du Qurupeco, lui laissant plus de la moitié de la partie restante accrochée qui était impossible à retirer. Heureusement, elle avait réussis à récupérer un joli morceau de son aile dont elle était plutôt fière. Marta accepta la jolie plume que lui tendait Melodia et l’accrocha aussitôt à son oreille. En temps normal, elle l'aurait refusé mais elle connaissait son grand père, elle ne pouvait être qu'une amie du village, chose qu'elle ignorait plus tôt. La remerciant silencieusement d’un hochement de la tête, ces mains collées l’une à l’autre, en basculant son corps vers l'avant, d'une manière très noble, elle leur demanda :

- Que faites vous encore au cœur de la forêt aussi tard le soir ? C'est la reproduction des jaggis en ce moment, c'est extrêmement dangereux. Les jaggis se nourrissent nettement plus en cette période.
- On s'est perdue ! Lança Lina dépitée. J'allais m'effondrer quand j'ai entendu des miaulements. J'ai entendu la petite nuance qui différencient ces félins du Qurupeco. Nous sommes arrivées l’instant d’après.
- Pourrions nous rejoindre Ifafruga à tes cotés Marta ? Le temps a altéré ma mémoire et je dois reconnaitre ne plus me rappeler avec exactitude la direction de ce village.
- Bien sur ! Vous méritez bien cela. Grand papa sera content de vous revoir si vous le connaissez bien comme vous me l'avez dit. Ifafruga est devenu difficile à trouver car nous avons brouillé les pistes pré-existante il y a peu. C'est normal que vous ne retrouviez pas votre chemin comme cela le fut jadis.
- Nous ne voudrions pas abuser de votre hospitalité toutefois. Ajouta Melodia.

Les trois chasseuses se mirent en route pour Ifafruga qui n'était pas si éloigné que cela de leur position. Marta paraissait en pleine forme malgré l'accident. Lina était épuisée mais arrivait à plutôt bien le masquer. Désormais, elle savait qu'elle allait mieux dormir que ce qui était prévu. Melodia était silencieuse, comme toujours, et s'efforçait de se souvenir de sa dernière visite dans ce village et de ce qu’elle allait pouvoir enseigner à Lina comme elle l’avait prévu quelques temps plus tôt.
 
 


Quelque part, dans une pièce plutôt sobre entourée de bocaux et verres de tailles et de formes différentes, deux hommes étaient attablés, avec très peu de lumière pour les éclairer. Par moment, elle s'intensifiait sans jamais être vraiment lumineuse très longtemps. Quelques meubles se trouvaient le long des murs, avec de multiples objets posés dessus en desordre, sans enlever le coté relativement propre des massifs de bois. Les occupants de la pièces semblaient être de véritables fées du logis. La porte était entrouverte et une simple torche apportait un peu de lumière au couloirs de briques grises et marrons ici et là en fonction de l'humidité qui avait pénétré la pierre. Le premier, trapu, cheveux noirs, rendait visite au second habillé de blanc, les cheveux bien peignés, les deux mains jointes pour former un poing au milieu de la table. L'homme en blanc lança la discussion.

- Tu as des conclusions intéressantes pour moi concernant le projet Cataclysme ?
L'homme se gratta le menton, passant ces gros doigts au travers de son petit bouc. Il répondit de sa voix grave :
- Je l'ai suivis chaque jour depuis un bon mois. Les effets ont été long à se déclencher.
- Mais ils se sont bien déclenché n'est ce pas ?
- On peut dire ça oui. Ça reste encore infime et le projet reste imparfait. Mais cela est prometteur pour la suite.
- Dit moi ce que tu as vu ?
- Et bien […]

Les deux hommes échangèrent ainsi pendant d’interminables minutes. L'homme en blanc questionna sans relâche son interlocuteur qui lui répondit précisément au fil des questions. Arrivé à termes de la discussion, après avoir étalé le rapport sur papier de ce qui lui fut narré, l’homme en noir reprit la parole :

- J'ai remplis ma part du contrat, j'aimerais toucher la totalité de la somme promise maintenant.

L'homme en blanc sortit une petite bourse de sa poche et la lui remit. Elle contenait pas moins d'une cinquantaine de pièces faisant un total de cinq milles zenny. L'homme sortit une seconde bourse plus grosse encore que la première et la posa au milieu de la table. Il tendit une main et défit le nœud papillon qui fermait la bourse pour laisser apparaitre d’autres pièces à l’intérieure.

- Voici, grosso modo, la moitié d'une nouvelle mission si tu veux bien nous rendre ce nouveau service, tout en continuant à jeter un œil sur le projet Cataclysme bien évidemment. La somme est nettement plus coquette. Tu peux embaucher quelqu’un à ton compte pour t’aider. Libre à toi de fixer son salaire.
- Combien y a-il ? Lui demanda l'homme barbu.
- Huit milles. Tu toucheras douze milles de plus si tu réussis à m'apporter des renseignements complémentaires sur Cataclysme et sur un autre projet en cours : « Edelweiss », ta nouvelle mission.

L'homme barbu ne réfléchit pas longtemps face à la somme exorbitante qui lui était exposée sous les yeux, preuve des fonds dont disposait son interlocuteur.

- J'accepte. En quoi consiste la nouvelle mission ?
- A vrai dire, c'est exactement la même que pour Cataclysme, tu seras à la hauteur ?
- Je suppose oui. Quels sont les effets attendus chez Edelweiss ?
- Je ne te le dirai rien cette fois ci. J'ai confiance en toi maintenant. Tu ne m'as pas mentis la première fois, c'est exactement ce que j'attendais. Dit moi ce que tu observes sur Edelweiss et continue de suivre Cataclysme et tu toucheras le reste.
- Bien, à quoi ressemble Edelweiss afin de la retrouver ?

L'homme de blanc vêtu lui apporta les détails importants qu'il devait savoir pour reconnaître le sujet et sa position exacte pour qu'il puisse le retrouver sans souci. Cela fait, l'homme barbu se leva et serra la main de l'homme en blanc avec une sacré force dans le poignet. L'homme en blanc avait du répondant dans cet art et ajouta :

- Je te conseille d'être deux fois plus prudent avec Edelweiss. Ce projet est surement trois fois plus imprévisible que Cataclysme, moins puissant peut être, mais plein de surprises.

L'homme barbu fit un signe de tête signifiant qu'il avait bien reçu le message et sortit sans se retourner avec son argent. Le pas de la porte passé, un autre homme entra dans le dos de l'homme en blanc. Après quelques secondes de silence pour s'assurer que l'homme barbu était sortis, il prit la parole.

- L'appât du gain, c'est presque trop simple.

L'homme présent depuis le début dans la pièce lui répondit en souriant :

- Il fera un pigeon parfait pour tester Cataclysme prochainement. Il est remplaçable de toute façon. Avec nos financements, on peut se permettre de mettre le paquet pour attirer d'autres chasseurs avides comme lui.
- C'est vrai. Se sera l'occasion pour moi de retourner un peu sur le terrain et de tester ce qui m’a pris si longtemps à créer et qui marchera sans nul doute vu les essais concluants réalisés ici.
- Tu n'as pas de soucis à te faire pour ça. Je compte sur toi pour faire de bien meilleurs bilans que ce dindon.

Le second personnages qui prit contact avec l'homme en blanc était vêtu de manière très similaire à lui. Ils étaient visiblement de la même trempe. La seule différence flagrante et qui ne se voyait pas à la tenue vestimentaire, c'était que le second homme qui allait aller sur le terrain était un véritable chasseur de la guilde à en juger ce brassard à son bras droit. 

- Je me rends immédiatement à Balfreith, au plus près de Cataclysme. As tu une idée de l'endroit où il se rendra dès son réveil ?
- Celui-ci est prévisible et manipulable facilement à distance. Je me suis arrangé pour qu'il se dirige droit vers la toundra.

Un petit sourire jaillit de ces lèvres. Une idée avait mûrit dans son esprit et il venait de la mettre à exécution.




Ifafruga, un village reculé dans la forêt et vivant des productions que la Nature peut lui apporter, sans jamais en faire un commerce. Les frugans sont très casaniers et vont très rarement vers d'autres villes. Leur mode de vie est relativement traditionnel, élevant des bêtes simplement pour se vêtir ou se faire des couvertures chaudes, éventuellement pour se nourrir.

Ce sont les rois de la combinaison d'objets. Leur style de vie n'est pas exclu de cette spécialité au combien utile pour eux au quotidien. La particularité de ce village est également sa structure. Afin d'éviter de nombreux tracas en lien avec les autres créatures de la forêt, les abris se trouvent dans les arbres. La majorité des maisonnées sont arrondies, en bois bien évidemment et le toit est recouvert de grandes feuilles vertes de plusieurs mètres de long, disposées de façon à faire glisser la pluie sur les cotés, ne laissant aucune goutte pénétrer à l'intérieur. De longues passerelles passaient de partie en partie, de maisons en maisons. On pouvait ainsi apercevoir une trentaine de maisonnettes hébergeant pas plus de soixante habitants.

Marta menait la petite troupe devant l'entrée du village, une grande et longue passerelle de planches disposées horizontalement, permettant aux habitants de monter jusqu’aux premiers sommets du village. Lina dévorait des yeux le paysage magnifique que donnait ce site atypique.

- Vous habitez vraiment là haut ? Dit-elle enthousiaste.  
- Oui. Lui répondu simplement Marta, marchant désormais sur la première planche de la passerelle encadrée par deux sentinelles. L'une d’elle prit la parole à la vue de Marta tout en lui faisant la révérence :

- Bon retour à Ifafruga apprentie.

Marta continua sa route, faisant signe à ces invités de la suivre sur une passerelle menant à l’est du village. Après en avoir traversé deux autres, Marta s'approcha d'une maison et en ouvrit la petite porte de bois qui craqua dans sa rotation.

- Veuillez nous pardonner, nous avons rarement l'occasion d'utiliser cette pièce, n'ayant pas souvent des invités dans le village. Ne vous inquiétez pas, cette chambre est tout à fait convenable malgré tout.
- Merci Marta, ce sera parfait. Répondit Melodia humblement.

- Ravie de vous l'entendre dire. Mettez vous à l'aise, je vais chercher de quoi vous restaurer et panser vos blessures.

Marta sortit. Lina en avait oublié ces blessures commises dans les obstacles qui les avaient séparés elles et Marta lorsqu'elle entendit les miaulements du Qurupeco. Son armure de rathian recouvrait la majeure partie de son ventre et de son dos, laissant beaucoup d'espace libre sur les cotés qui n'était couvert que par un fin tissu blanc. Les autres zones découvertes se trouvait au niveau de son cou et sur le bas ventre sur deux petits centimètres. A vrai dire, l'armure devenait un peu trop petite pour elle avec le temps. C'est l'inconvénient à son âge, on grandit encore trop vite ! Même si ce n'était pas des blessures de véritables monstres, elle était couverte de petites entailles, de griffures engendrées par les épines qu'elle découvrit plus visiblement en retirant la base de son armure. Elle en avait énormément juste en dessous du cou. En revanche, elle avait une sacré balafre sur le coté droit de son bas ventre, surement une branche plus épaisse que les épines qui les avaient frôlés. Sans s'en être rendue compte, une grosse goutte de sang avait coulé le long et avait séché, devenant plus foncée et plus embrunie à cause de la poussière. Lina se passa la main sur son cou, délicatement, pour sentir les multiples griffures qui la brûlait doucement désormais.

- Te voilà bien amochée pour commencer notre voyage. Entama Melodia qui brisa le silence. Continuant à retirer son armure en retirant les tassettes, Lina répondit :
- Ce sont des égratignures, je n'aurai plus rien demain. Je m'attendais à mieux pour ce soir. Après tout, on lui sauvé la vie non ?
- Arrête un peu tu veux bien ! Ils vivent ainsi et cette pièce est suffisamment confortable pour cette nuit. Tu préférerais dormir dehors ?
- ça va, ça va. Je ne faisais que donner mon avis.
- Et bien ne le donne pas. Les frugans sont des gens simples et vivant avec peu de moyens mais ils ont une certaine fierté. Ils ont beaucoup à apprendre au reste du monde. Ne les vexent pas tu veux bien ?
- C'est toi le chef ! Conclu Lina continuant son petit jeu de provocation vis à vis de Melodia.

Les chasseuses s'étaient mises à l'aise. Melodia s'était allongée sur sa paillasse et mâchouillait un long brin d'herbe en regardant le plafond de feuilles. Lina avait empilé les éléments de son armure dans un coin et était assise, le tabar sur sa jambe dénudée et passait la pierre de haut en bas, de chaque coté de la lame en faisant des gestes très appuyés pour l’aiguiser. La lame devenait de plus en plus tranchante au fur et à mesure. Marta entra dans la pièce après avoir frappé trois fois sur le bois de la porte pour les prévenir qu'elle allait entrer, respectant leur intimité. Entra alors deux hommes qui déposèrent deux grandes feuilles bombées vers l'intérieur où se trouvaient des petites noix, des herbes comestibles, un grand morceau d'aptonoth bien cuit au feu de bois et quelques champi natures au fumet qui en disait long sur leur goût. Le second tenait une sorte de bol taillé dans du bois contenant un liquide assez compact verdâtre et plusieurs morceau de tissu fin, blanc, et de petites bandes tièdes. Après avoir déposé leurs colis, les hommes sortirent silencieusement, laissant marta seule avec les voyageuses. Marta ne connaissait pas encore leur prénom, tandis que celle-ci savait très bien qui elle était. Ne cherchant pas à être curieuse, elle s'adressa à Lina et lui dit :

- Vient t'assoir sur cette chaise, je vais m'occuper de tes blessures.

Lina s'exécuta sans crainte et s'installa sur la chaise qu'elle lui avait indiqué. Marta s'agenouilla et souleva délicatement sa tête pour bien voir les blessures arborant son cou. Elle plongea trois doigts dans la substance verte et l'étala en effectuant des mouvements en spirale. Lina avait eu un mouvement léger de recul lorsqu'elle sentit la fraicheur du liquide qui s'infiltrait dans ses plaies. Elle se détendit rapidement. Cette étrange chose lui faisait un bien incroyable ! Elle effaçait quasi immédiatement la sensation de brulure. Après avoir comblé toutes les griffures, Marta essuya le surplus de liquide avec une des petites serviettes blanches. Lina appréciait vraiment cette sensation de fraicheur nouvelle qui la recouvrait. Marta l'inspecta plus en détail, passant sa main ici et là. Lina était gênée à ce moment précis. Elle se demandait bien pourquoi Marta la touchait ainsi, parfois à des endroits où il n'y avait rien à signaler. Puis, Marta arriva à l'emplacement le plus meurtri sur le bas ventre, à la hauteur de sa hanche droite.

- ça doit être douloureux. Ça risque de piquer un peu plus.

Marta prit une serviette, l'humidifia et nettoya autour de la blessure. Marta plongea de nouveau ces doigts dans la substance et plaça ces doigts au centre de la douleur, en plein cœur de la blessure. Lina serra les dents et se raidit soudainement. Contrairement aux égratignures, le liquide n'était plus froid sur cette plaie là mais carrément gelé. Cette sensation était très désagréable avec la chaleur dégagée par son corps à travers la plaie. Après avoir grimacé au début, Lina redevint solide comme un roc, voulant prouver à tout prix à Melodia qu'elle était une dure à cuir. Melodia ne la regardait pourtant pas et continuait à rêvasser en grignotant petit à petit son brin d'herbe. Une fois terminé, Marta reprit la parole :

- Peux tu soulever légèrement le tissu s'il te plait, je vais te passer le bandage tout autour de la taille. 

Lina exhaussa sa demande, ne relevant que légèrement son haut, pas beaucoup plus haut que son nombril. Marta commença à l'entourer du bandage qu'elle serra assez fort pour qu’il ne se détache pas durant la nuit. Melodia tourna le regard vers ces compagnes et regarda le bas du dos de Lina. trois griffures en ligne, légère sur la base. Le reste du dos était masqué mais Melodia se douta bien que, plus haut, les traces devaient être beaucoup plus profonde. Marta termina le bandage.

- Voilà qui est mieux.
- Merci Marta. Qu'est ce que c'est que ce produit bizarre ?
- Il n'a rien de bizarre, c'est une substance à base d'herbe curative, de miel et de sève de sapin. Bien préparé, il soigne n'importe quel blessure.
- Nous verrons ça demain alors ! S'enquit de répondre Lina, arborant un sourire franc à son infirmière du soir.
- Maitre Gorin désire vous rencontrer à l'aube demain. Je viendrai vous réveiller trente minutes avant l'entrevue si vous me le permettez. Régalez vous et reprenez des forces. Que l'Ifa vous protège.
- Bonne nuit Marta. Répondirent à l'unisson les chasseuses. Lina ne tarda pas à se pencher au dessus de son repas, saisissant celui de Melodia pour lui tendre au dessus de sa paillasse. Commençant à manger, Melodia lança la discussion.
- Quel créature t'a fait ces traces dans le dos ?
- De quoi tu parles ? Tenta de nier Lina qui ne désirait pas en parler.
- J'ai aperçu ces cicatrices dans ton dos. Quel créature te les a faites ? Répéta Melodia en mangeant une bouchée de viande tiède.
- Un barioth. C'était un foutu barioth qui s'était aventuré aux abords de la toundra, dans les plaines mi enneigée, mi verte. Il a bien failli avoir ma peau cette vermine. J'ai pu me cacher dans une cavité rocheuse. Après plus d'une heure, il a finit par m'abandonner, n'arrivant pas à m'atteindre.
- Tu n'as pas réussis à le combattre ?
- Pas vraiment non, il était trop rapide et beaucoup trop hargneux. J'ai vu des barioth plus tard dans l'arène. Ils étaient moins avide de sang, tu peux me croire ! Il faut croire que je n'ai pas vraiment de chance de l'avoir croisé lui …

Melodia changea de sujet soudainement.

- Il faut que je te dise quelque chose. J'ai remarqué que tu manquais cruellement d'endurance. Tu t'épuises très rapidement après l'effort. Tu devrais en gagner plus si tu veux combattre d'autres créatures beaucoup plus fortes et dangereuses. Je te propose de te muscler un peu plus à l'avenir et de changer d'arme. Je voudrais que tu en utilises une plus lourde, qui fasse travailler tes jambes pour les appuis autant que tes bras. Je demanderai à maitre Gorin si nous pouvons rester quelques jours ici afin de nous équiper un peu aux alentours de leur village.
- Pas d'endurance tu dis ? J'en ai suffisamment aux moments clés du combat ! S'emballa Lina vexée.
- Tu écoutes ce que je te dis ou pas ? Tu es de taille contre des jaggias, mais pas contre un barioth. Le barioth est loin d'être le pire de son espèce, croit moi !
- Très bien, très bien … Je m'entrainerai avec toi alors … S'inclina Lina fatiguée de la journée et qui n'était plus d'humeur à répliquer contre Melodia.

Melodia et Lina terminèrent leur repas tranquillement en discutant de choses banales. Après avoir terminées toutes les deux leur repas, elles ne tardèrent pas à éteindre leur torche pour plonger dans les bras de Morphée. Malgré la vétusté du logis selon Lina, elle passa une excellente nuit.
 
 

Le lendemain matin, Lina dormait encore comme un slagtoth quand Marta vint frapper à la porte de leur maisonnée, à l'aube. Melodia était déjà levée et prête à sortir à l'extérieur. Elle dit à Marta d'entrer tandis qu'elle s'assit à coté de Lina et la secoua légèrement pour la tirer de son sommeil. Bougonne si matinalement, Lina se leva assez rapidement malgré tout. Marta leur dit simplement qu'elle les attendrait le temps qu'il faudrait juste devant. Lina manqua de se décrocher la mâchoire en baillant. Son second réflexe fut de passer sa main sur son cou, pour sentir les traces faites la veille et pour voir si les soins de Marta avaient été bénéfiques. Elle fut surprise de ne pas sentir les accrocs des griffures sous ces doigts. Elle interrogea alors Melodia qui ne s'était pas vraiment attardé là dessus.

- Je ne sens plus les griffures, tu veux bien regarder ?

Melodia jeta un œil sur le cou de Lina. En effet, elles étaient quasiment totalement toutes résorbées.

- Il ne reste presque plus rien.

Lina fut agréablement surprise. Elle jeta un œil sur son bandage. Elle aperçu une tache rougeâtre au niveau de sa plus grosse blessure au bas ventre mais ne ressentait plus la douleur elle même. Elle ne chercha pas à retirer le bandage qui était solidement attaché. De toute façon, elle avait eu la preuve de l'efficacité de la substance de Marta avec son cou. Elle enfila son armure et se dirigea aux cotés de Melodia près de la porte. Marta les accueillit à l'extérieur et leur indiqua la route de la demeure de maitre Gorin. La maisonnette du patriarche du village n'était pas plus grosse que les autres maisonnée du village. Marta frappa à la porte, entra et fit une révérence face à l'homme assit dans un grand siège taillé dans le bois d'un ancien grand chêne plusieurs fois centenaire. Le bois était foncé, visiblement robuste et reflétait soudainement l'importance de l'homme assit dedans. Baldwyn Gorin prit la parole :

- Merci mon enfant. Trêve de politesse. Entrez donc chères invitées. Asseyez vous face à moi que je puisse vous sentir.
- Nous sentir ? S'interrogea Lina naïvement à mi voix.
- Oui mon enfant, vous sentir. La vue m'a quitté il y a de ça bien des années. Comment se rétablissent vos blessures ?
- Marta vous a surement raconté ! Ce n'est pas une preuve ! Rétorqua Lina avec impolitesse, ce que Melodia lui fit remarquer d'un violent coup d'épaule.
- La Jeunesse ! Téméraire et rebelle. S'esclaffa Baldwyn, joueur, de sa voix rauque et tremblante à cause de l'âge. Laissez la donc parler mademoiselle Kardoki.
- Je lui avais pourtant dis de se tenir maitre Gorin. Je vous prie d'excuser son tempérament désinvolte. S'excusa Melodia.
- Mais … mais … Personne ne savait qui tu étais ? Comment est ce possible ?!
- Ah ah ah ah, la vue ne fait pas tout mon enfant. Elle n'est qu'un atout supplémentaire. La perdre développe d'autres sens tout aussi efficaces. Je lis en vous quelque chose de … spécial jeune fille. Vous aussi, vous avez une ouïe redoutable et pourtant, vous n’êtes pas aveugle, n'est ce pas ?
- Et bien … C'est vrai que par moment, j'entends des choses que personne ne relève, comme les miaulements du Qurupeco hier avant qu'on vienne secourir Marta.
- C'est très intéressant. Vraiment très intéressant. Votre ouïe est très développée, et pourtant vous disposez de toutes vos autres facultés. Voilà qui est relativement rare. Et vous mademoiselle Kardoki, qu'est ce qui vous amène à nouveau dans notre modeste village ?
Lina regarda Melodia avec beaucoup d'intérêt. Elle ignorait son nom et cet homme l'avait reconnu sans même la toucher, sans même qu'elle s'approche de lui. D'autre part, Melodia ne lui avait pas dit qu'elle était déjà venue dans ce village auparavant, du moins, pas expressément. Elle savait juste des choses sur leur histoire, mais à aucun moment, elle avait dit qu'elle les avaient rencontrés.
- Je n’ai prévu cette halte que sur notre route maître Gorin. J’ai pensé qu’il serait enrichissant pour ma compagne de chasse de découvrir vos rudiments.
- Votre famille est une amie du peuple frugan mademoiselle Kardoki. Vous serez toujours la bienvenue icelieu. Vous avez bien fait de nous rendre visite.
- Merci Maitre Gorin. Répondit Melodia en baissant la tête noblement. Elle reprit : Nous permettrez vous d'abuser de votre hospitalité quelques jours afin de nous armer avec des composants de la forêt avant de reprendre la route ?
- Bien évidemment mon enfant. Marta vous assistera si vous le désirez. Vous connaissez nos règles mademoiselle Kardoki, je sais que vous ne les transgresserez pas.
- Rassurez vous maitre Gorin, je n'ai jamais oublié vos enseignements.
- Allez donc vaquer à vos occupations mes enfants.

Les trois filles quittèrent la maisonnée. Lorsque Marta les quitta temporairement, Lina interrogea Melodia longuement sur sa première venue dans le village. Melodia lui apprit alors qu'elle était venue ici par hasard la première fois, trouvant le village en s'étant perdue dans la forêt lors d'un précédent voyage. Maitre Gorin avait alors vu un signe du destin et lui avait enseigné l'art de la combination plus poussée que ce qu'on pouvait trouver ailleurs dans le monde. Il lui apprit quelques éléments essentiels pour survivre dans la Nature et à utiliser ces fruits à bon escient. Melodia s'était alors confié à lui, confiante, et lui avait révélé la fuite qu'elle avait entamée, plutôt que le grand voyage qu'elle avait vanté auparavant pour se couvrir. En vérité, Melodia était partie pour fuir sa famille qui se déchirait peu à peu autour de la fortune de son père. Étant l'enfant « handicapée » de la famille, elle était exclue de ces frères et sœurs qui l'avait plus ou moins poussée à quitter la maison familiale. Elle n'était jamais retournée chez elle. Elle ignorait ce qui avait pu se passer depuis tout ce temps mais Maitre Gorin avait su l'entendre, la comprendre, et lui redonner courage. Lorsque Melodia quitta Ifafruga, c'était avec un certain pincement au cœur. Jamais personne ne lui avait tendu la main ainsi et ne lui avait porté autant d'amour en si peu de temps. Elle s'était promise de revenir un jour et ce jour était arrivé. Le destin probablement. Maitre Gorin avait surement les réponses.
Ceci raconté, Melodia invita Lina à commencer son entrainement. Celle-ci était tellement stupéfaite du départ de Melodia alors qu'elle était riche qu'elle la questionnait sans cesse, lui demandant si elle n'était pas sujette à la folie. Comment expliquer à une gamine qui ne possède rien que l’argent n’apporte pas le bonheur ?

_________________


Dernière édition par Melodia le Mar 20 Mai - 07:00 (2014); édité 13 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 15 Avr - 14:46 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Melodia
Déesse de la miséricorde

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2012
Messages: 503
IG: Melodia
Rang: 216
Localisation: -
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Avr - 15:02 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant



Melodia menait la danse pour cette partie de chasse dans la forêt entourant Ifafruga. Derrière elle, en pleine discussion et ne prêtant attention à la chasse uniquement lorsqu'un monstre surgissait, Lina et Marta échangeaient depuis plusieurs minutes. Cela avait tendance à agacer Melodia qui semblait la seule à respecter cette règle simple de la chasse qui était de faire le silence pour approcher la proie. Ainsi, elle avait tendance à s'éloigner nettement plus de ces partenaires, allant jusqu'à disparaître temporairement de leur vue par moment.

- Qu'est ce que c'était cette chose verdâtre que tu m'as mis la dernière fois ? Demanda Lina curieuse de connaître ce produit miraculeux dont elle aurait besoin, elle qui était une casse cou.
- Tu parles du métaclasme ? Un simple mélange de produits de la Nature. C'est à base d'herbe, de miel et de souffle glacial de barioth.
- Du souffle de barioth ? Comment peut-on récupérer un souffle de barioth ? Se demanda Lina.
- Ce n'est pas exactement du souffle. Le barioth pousse souvent des rugissements. Il n'a jamais la gueule fermée en bougeant régulièrement. Cet ingrédient est difficile à récupérer car il faut s'approcher de la bête pour récolter cette petite pellicule de neige qu'il recrache ou résister à ces cris stridents et puissants et recevoir la substance sur soi en espérant en récolter suffisament. Elle est très petite, c'est pour ça que tu penses qu'elle n'existe pas et qu'on ai rebaptisé cela « souffle de barioth ». Heureusement, très peu suffit pour préparer la concoction.
- Donc, si je comprends bien, le barioth recrache de la neige de sa bouche ? C'est répugnant …

Lina fit une grimace en s'imaginant en train de s'approcher pour récolter de la salive de la bête qui s'apprêtait à lui sauter dessus. Marta s'amusa de l'ignorance de son interlocutrice mais resta très sérieuse pour la suite de la discussion, par respect pour Melodia qui prenait très au sérieux la chasse programmée du jour.

- C'est tout à fait ça. Ce n'est pas répugnant. Son organisme a purifié cette neige impure tombée du ciel. Recrachée, elle est lavée, ce qui justifie ces bienfaits sur notre peau. T'expliquer le mélange et les changements dans la combinaison seraient trop compliqués.

Lina réfléchit un instant.

- Je comprends mieux pourquoi ce liquide était très froid sur mes griffures. Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi j'ai été brûlé sur le ventre, sur la plaie la plus large ...
- Brûlée ? Je ne comprends pas. Tu aurais dû être frigorifiée plutôt. Une grande fraicheur peut donner une sensation de brûlure. As tu ressenti le froid dans tout ton corps ?
- Pas vraiment non. Ça m'a juste bien chauffé un bon moment et je n'ai pas eu froid, au contraire.
- Ce n'est pas logique. C'est la première fois que j'entends cela. J'en parlerai à maitre Gorin en rentrant. Il saura peut être me répondre pour parfaire ma formation. 

- D'accord. Se résigna Lina qui ne pouvait pas apporter de réponses concrètes sur ce sujet qui la dépassait complétement. Marta restait silencieuse, calme. Melodia ne prêtait plus attention à elles et était largement devant, aux aguets. Marta se posa alors une question suite à ce que Lina venait de lui dire :

- Ta blessure a guérit tout de même ? Chuchota-elle.
- Je n'ai plus de griffure depuis longtemps. Elles sont parties dès le lendemain mais la plus large est toujours là mais se referme tout de même progressivement .
- Cela fait trois jours ... Je peux regarder maintenant s’il te plait ?
- Attend, il faut prévenir Melodia. S'enquit Lina soucieuse de ne pas la laisser chasser seule : Autant pour sa sécurité que pour ne pas être devancées.

Lina appela Melodia en prenant précaution de ne pas crier trop fort. La chasseuse semblait en colère en lisant sur les traits de son visage. Au delà du fait que ces deux camarades ne l'aidaient pas vraiment, elles venaient de la distraire et de faire probablement fuir tout ce qui aurait pu trainer dans les environs malgré la retenue dans l’intonation de sa voix. Elle revint vers elles en faisant de grands pas nonchalants justifiant son énervement.

- Qu'est ce qu'il y a encore ? Vous n'avez pas l'impression que je chasse seule en ce moment ? Fit-elle remarquer à ces compagnes. Marta baissa les yeux vers le sol, gênée et lui répondit :

- Tout est de ma faute, nous discutions de ces blessures et je voulais vérifier quelque chose, nous ne voulions pas que tu t'éloignes trop ...
Lina ne parla pas et retira sa cotte de rathian, ne prétend pas attention à Melodia. Marta releva le tissu blanc que Lina tenu pour faciliter le démontage du bandage. Elle s'appliqua pour enrouler celle-ci en même temps pour se faciliter la tâche pour plus tard, mais aussi pour qu'elle ne traine pas sur le sol. Arrivé au bout, Marta inspecta la plaie et la toucha délicatement. Elle approcha relativement près ses yeux pour l'observer. Elle se releva et marmonna ces quelques mots :

- Voyez vous ça ...
- Qu'est ce qu'il se passe ? Demanda Lina inquiète de cette remarque qui la concernait directement. Elle jeta automatiquement un œil. Peut être aurait-elle du regarder plus souvent plutôt que de n'avoir démonté la bande qu'une seule fois le lendemain. Melodia inspecta à son tour Lina qui tenait toujours son linge fin et qui se sentait comme une attraction.
- Tu es si blanche ! Constata Melodia. Lina regarda aussi avec insistance. C'est vrai qu'elle était assez blanche de nature, mais pas à un tel point. On aurait dit qu'elle était morte si on imaginait un tel blanc sur tout son corps. Sa pigmentation de peau était plutôt assez rosée. Marta passa sa main délicatement à l'emplacement en question, sur la plaie, puis sur les parties les plus blanches de sa peau. Marta était d'autant plus douce dans ces gestes que la blessure était très lente à guérir contrairement à ce que Lina lui avait annoncé plus tôt. Elle ne voulait pas rendre les choses encore plus difficile.
- Lina, as tu froid là où ta peau est blanche ? As tu froid tout simplement comparé à habituellement ? Marta continuait à observer Lina attentivement en attendant sa réponse qui ne traina pas un instant.

- Aucune différence ! Répondit-elle. Inquiète, Lina commençait à angoisser malgré qu'elle n'ai aucun souci de santé autre que la peau très blanche suite à l'application du métaclasme de Marta. Cette dernière marmonna alors quelques mots pour elle même, mots qui étaient toutefois audibles pour ces amies autour d'elle :

- Les griffures guérissent … La blessure est lente à guérir et la brûle. La peau la plus blanche est glacée mais elle ne ressent pas la fraicheur … Tu es vraiment sûre qu’il n’y a aucune différence ?
- Je confirme, absolument aucune ! Répondit Lina.

Marta prit le bout du bandage et l'enroula soigneusement autour de la taille de Lina, adroitement, prenant soin de ne pas créer de pli, ni de trop serrer. Le silence régnait jusqu'à ce que Marta reprenne la parole. 

- Continuez à chasser sans moi. Je dois consulter maître Gorin à propos de toi Lina. Je ne voudrais pas avoir aggravé ton état même si ta blessure semble guérir.
- Bien. Répondit simplement Melodia. Souhaites tu être raccompagnée ?
- Non, ne vous inquiètez pas, nous ne sommes pas bien loin. Bonne chasse à vous.

Lina remit sa cotte et salua Marta qui repartait sur leurs pas. Lina appréciait la simplicité de cette jeune amie et ces talents ne la laissaient pas indifférente. Elle était une partenaire sympathique et utile après de durs moments face aux créatures de la Nature.
La nuit tombée, Melodia et Lina revinrent aux abords du village avec des sacoches débordantes de récompenses de leur labeurs. La journée fut longue et difficile et pas moins de deux grands jaggi et un qurupeco avaient croisé leur route. Outre ces grands monstres, elles avaient croisé un troupeau de Kelbi près d'un point d'eau, que melodia attira habilement avec une corne prêtée par un habitant d’Ifafruga. Elles réussirent facilement à en cerner un petit groupe et en tuèrent trois qui avaient tenté de s'échapper en passant trop près d'elles. Le dépeçage fut fructueux. Lina avait réussi à se dégoter deux belles peaux de kelbi et Melodia s'était attardé sur le chef de meute qui avait une corne beaucoup plus grosse que les deux autres. Soigneusement, elle avait découpé la base de la tête de la bête pour en récolter la corne entière. Elle réussit à obtenir une sublime, d’un bleu sombre reflétant les rayons du soleil, une pièce recherchée par les marchands ou pour des échanges. Enfin, elle avaient ramassé quelques os ici et là, au fond d'un petit gouffre à l'ombre des arbres, dans un coin peu attrayant de la forêt. Peu après le dépeçage des Kelbis, des jaggis s'étaient fait entendre. Lina semblait emballée et était prête à les accueillir. Melodia la retint et lui inculqua une valeur importante de chasseur. Après un dépeçage, les bêtes mortes restaient sur place. Par respect pour les vaincus, un chasseur devait laisser les carnivores nettoyer la scène de chasse. Ces jaggis devaient vivre pour ne laisser aucune trace. Ces valeurs étaient très importantes ici, à Ifafruga. C'est Baldwyn Gorin qui avait inculqué ceci à Melodia plusieurs années plus tôt.

- Ainsi est faite la Nature. Il y a toujours une créature pour en chasser une autre. C’est ce que l’on appelle la chaîne alimentaire. Lui avait-elle expliqué.

Les jours passaient et se ressemblaient. Cela faisait une bonne semaine que Lina et Melodia vivaient à Ifafruga. Marta avait prêté une vieille matraque d'os à Lina pour que Melodia puisse l'entrainer et la muscler. Sans arme, Melodia la fit courir aux alentours du village, sans jamais s'éloigner trop loin dans les bois. Quant à Marta, elle avait été voir Baldwyn pour le questionner sur la réaction étrange de Lina au métaclasme. Celui-ci fut sceptique mais il ne put apporter une meilleure réponse que celle qu'il avait ressentit dès leur première rencontre : Lina est « spéciale ».



Neuf jours sont passés depuis l'arrivée des deux chasseuses dans ce village séculaire. Elles n'avaient pas chômé et avaient revendu une partie de leurs récoltes de chasse, à un prix relativement bas, aux habitants du village. Bien souvent, elles acceptèrent également des vivres en contrepartie et une partie fut donnée à maître Gorin, en remerciement de sa permission de résider dans son village. Ainsi, elles avaient un peu de liquide sur elle désormais et elles avaient gardé quelques composants de valeur pour la suite de leur voyage. Marta était venue les déranger dans leur petite chaumière qu'on leur avait confié le jour de leur arrivée. Maitre gorin désirait les rencontrer une dernière fois avant leur départ. Marta avait continué à observer la blessure de Lina jour après jour, parfois plusieurs fois dans le même cycle du soleil. Sa peau était devenue blanche sur une plus large zone encore, remontant jusqu'au milieu de son ventre environ et descendant jusque le haut de sa jambe et formant un large cercle ainsi. Puis, jusqu'au jour du départ, le cercle s'était légèrement résorbé, rendant à sa peau sa couleur naturelle. Ce signe était rassurant et cela réconfortait Marta qui s'était réellement inquiétée tous ces jours. Elle avait ainsi moins de mal à laisser partir Lina maintenant qu'elle était à priori certaine qu'elle n'avait pas causé plus de mal que de bien sur sa patiente. Pour conforter son rétablissement définitif, Lina n'avait plus la peau aussi froide qu'auparavant, même si elle gardait une fraicheur corporelle générale hors du commun selon elle.
 


La pièce était sombre, très sombre. De vieux volets avaient été fermé et empêchaient la lumière de rentrer dans la pièce. Seuls quelques rayons filtraient à travers les petites entailles de ces murs de bois. De vieux meubles, de vieux vases poussiéreux, de vieux livres sans utilité, rien n'avait de valeur ici. Quelques gouttes coulaient le long d’une planche justifiant une mauvaise étanchéité du bois. Ajouté à cela, beaucoup d'amas de poussière jonchait le sol sur la totalité de ce qui se trouvait dans la pièce.
L'homme était allongé sur ce lit, les bras le long du corps, les jambes bien droites. Une migraine insoutenable le prit quelques secondes après son réveil. Des gouttes de sueurs perlaient sur son front et son matelas était bouillant. L'homme était très fiévreux. Il appuya sa main sur son crâne, cherchant à repousser le mal qui l'envahissait dans sa tête, en vain. Il tenta de se dresser pour s'assoir, chose qu'il fit difficilement. La chaleur le rendait las. L'homme était torse nu et arborait de vilaines griffures cicatrisées ici et là. Sa peau était rouge, conséquence de sa chaleur corporelle insoutenable.
Une fois debout, l'homme prit la parole, son poing appuyé sur un genou, l'autre main tendue pour s'appuyer sur un meuble qui l'empêcha de s'écrouler sur le sol :

- Ou suis je ? Qu'est ce que c'est que c’est que cet endroit ? Ou est mon arme ?
Une réponse vint à lui rapidement, avec la même voix que la sienne, aussi torturée et douloureuse, grave mais toutefois très calme et impérieuse :

- Tu es seul, abandonné et sans rien. Tu dois t'armer et partir.
Surpris, l'homme répondit soudainement, inquiet :
- Qui es tu ?
- Je suis toi. Je suis celui qui te dira où aller pour donner un sens à ta vie ! Se répondit-il à lui même.
- Tu sais qui je suis ?
- Je ne sais rien de plus que toi. Je peux seulement te montrer la voie. Sors d'ici et dirige toi vers le nord. Tu dois t'armer et vaincre.

Les yeux de l’homme ne savaient où regarder, où se poser. Il les ferma brièvement et il se répondit à nouveau à lui même, questionnant cette chose qui voulait l'envoyer là où il le désirait.

- Pourquoi je ferais ça ? Pourquoi j'irais au nord ?
- Simplement car les réponses s'y trouvent. Ta vie serait tellement meilleure si tu te rafraichissaient dans la toundra. Cette chaleur n'est-elle pas insupportable ?

Son regard se figea. L’homme se dressa bien droit sur ces jambes et saisit ce vieux tee-shirt posé à même le sol. Il l'enfila sans mal. Dans son mouvement, son coude craqua bruyamment, ne laissant toutefois aucune douleur. Ce vêtement était troué et noircit par la poussière. Il s'avança jusqu'à la porte où il prit alors appui avant de l'ouvrir dans un craquement de bois qui la faisait résister. Le soleil se couchait à l'extérieur. La petite brise fraiche lui fit le plus grand bien. Face à lui, un mont enneigé allait cacher le soleil orangé de cette fin de journée. Étendu sur tout l'horizon face à lui, l’homme prit la route en boitant, comme attiré par la vue qui lui faisait face. Sa voix retentit à nouveau, mais dans sa tête :

- C'est ça, va par là bas. Va te rafraichir dans la poudreuse !

A aucun moment, l’homme ne s'arrêtait de parler à cette autre personne qui n'était que lui en fait. Sa schizophrénie augmentait au fur et à mesure qu'il se prêtait au jeu. Il n'était pas conscient de son mal-être. Il ne savait même plus quel était son nom … Il savait juste qu'il devait aller là bas.

Caché derrière un arbre non loin de la maison, un homme trapu et barbu regardait celui qui venait de se réveiller avancer et se parler à voix haute de temps en temps. Il ne comprenait pas à qui cet homme étrange pouvait bien parler. Prenant quelques notes sur ce qu'il observait sur lui, il ne faisait que son travail, le plus discrètement possible. Il devait simplement le suivre dans son épopée. Jusque là, rien de bien difficile. Cataclysme semblait simplement mal en point, seul, désarmé. Il n'avait pas remarqué la présence de Zacchari et ne faisait qu'avancer en direction de cette montagne.



Baldwyn était assit dans son siège, dans sa hutte. Face à lui, à genou, Melodia et Lina attendait la venue de Marta qui fit son entrée rapidement dans la pièce et alla se positionner debout à coté de son grand père. Essoufflée, elle haleta quelques mots :

- Veuillez pardonner mon retard maître Gorin.

Souriant, Baldwyn rétorqua avec humour :

- Ne t'excuse pas Marta, j'espère simplement que tu tiendras le rythme ces prochains jours mon enfant !

Lina était perplexe de cette remarque. De quoi voulait-il parler ? Melodia se contenta de regarder maître Gorin en attendant la suite. Baldwyn reprit en rejoignant le regard de Melodia :

- Melodia, je dois tout d’abord te remercier, toi et ta compagne, pour ces quelques présents dont tu nous as fait cadeau. Rien ne t’obligeait à t’acquitter d’une quelconque dette dans nos demeures.
- Nul service ne mérite récompense maître, cela nous a fait plaisir de partager nos composants avec vous. Répondit-elle humblement.
Appréciant sa réponse, Baldwyn fit transition sur sa demande en réponse.
- Jeunes chasseuses, votre route sera surement encore longue et jonchée d'obstacles. Je me souviens de votre première visite à Ifafruga mademoiselle Kardoki. Vous avez pris beaucoup d'assurance et vous êtes devenue une chasseuse accomplie et expérimentée. J'aurais un service à vous demander. Me le permettez vous ?

Avec beaucoup de noblesse et de respect, Melodia répondit :

- Tout ce que vous voudrez maitre Gorin, nous vous devons tellement toutes les deux.

Maitre Gorin se mit à rire quelques secondes et poursuivit :

- Vous m'en voyez ravi Melodia ! Vous connaissez un peu ma petite Marta désormais, elle vous a accompagné plusieurs fois lors de votre séjour ici. Cette petite est encore jeune et maitrise l'art de la combinaison avec bien plus de talents que je n'en avais à son âge.
Marta fut terriblement embarrassée par ce compliment venant de son maitre. Sa stupeur était de taille, car elle venait de comprendre ce que son maitre voulait d'elle pour les jours, voire les mois à venir. Elle voulu intervenir mais fut stoppée lorsqu'elle vit la main de Baldwyn, le doigt levé, se poser devant son visage. Ce dernier continua :

- Toutefois, mes enseignements ont désormais atteint leurs limites. Elle a besoin de découvrir le monde pour découvrir de nouvelles combinaisons par elle même. Elle est une jeune combattante et je suis certain que vous pourrez lui enseigner bien des choses. Accepteriez vous de l'emmener avec vous ?

Lina semblait euphorique. Elle était heureuse que sa nouvelle amie puisse venir. C'était simplement inimaginable pour elle que la situation puisse tourner ainsi. Elle réussit toutefois à se retenir et rester silencieuse, arborant seulement un grand sourire qui en disait long. Melodia répondit :

- J'accepte avec plaisir maitre Gorin. Je vous dois bon nombre d'enseignements moi aussi. Voilà un juste retour des choses. J'accepte seulement si Marta conscent à ce voyage.

Une larme glissa sur la joue de Marta. C'était si soudain pour elle. Des craintes montèrent alors en elle et elle tenta de trouver des arguments pour rester dans son village natal :

- Mais … Mais … maitre, ma vue est si mauvaise, je n'aime pas m'aventurer hors du village trop longtemps !
- Marta, mon enfant, je n'ai plus grand-chose à t'apprendre et ces chasseuses t'épauleront tout au long de ta route. C’est une aubaine pour toi de trouver si charmante compagnie pour parfaire toi-même ta formation. Je suis conscient que tu perds la vue rapidement mais tu dois pourtant vivre avec. Dans notre famille, nous finissons tous par perdre la vue en fonction de l'étendue de nos talents. Plus nous acquérons de l'expérience, plus nous la perdons. Tu n'as que quatorze ans et tu es à un stade relativement avancé. Cela témoigne de ton talent Marta. Tu dois partir et tenter de trouver un remède pendant qu'il en est encore temps. Je n'ai jamais été aussi convaincu que tu es la plus à même à réussir cette quête que nul n'a accompli dans la famille.

- Maitre Gorin …

A contre cœur, Marta accepta cette requête en allant de se placer sur la gauche de Melodia, à genou à son tour. Elle assuma alors son choix en rétorquant :

- J'accepte votre choix maitre Gorin. Je vous promets de revenir enrichie. Je ferai honneur à vos enseignements et à mon nouveau maître.

Lina fronça les sourcils. Elle venait de se rendre compte de quelque chose qu'elle intériorisa face à la tournure solennelle que prenait la discussion entre Marta et la chef du village. Toutefois, ce que le vieil homme venait de dire expliquait bien des choses ! Ainsi, voilà pourquoi Marta scrutait toujours sa peau de très près. Cela justifie aussi la surprise de Marta lorsque son tabar alla se planter dans le sol près d'elle, lorsque les melynx s’approchait furtivement d’elle une dizaine de jours plus tôt. Elle ne l'avait pas vu venir dans sa direction.
Lorsque les chasseuses sortirent de la pièce, Marta semblait perturbée. Melodia donnait le pas à ces compagnes tandis que Lina, curieuse, tentait de croiser sans cesse le regard de Marta au bord des larmes qui semblait être seule dans ce moment, le regard vide baissé vers le sol. Lina insistait sans cesse, sans succès. Elle désirait absolument regarder au plus profond de ces yeux et se rendre compte d'elle même que la vue de sa future compagne de voyage était bien entamée. Lorsqu'elle réussit enfin à se plonger dans son regard, Lina fut surprise de ne pas découvrir cette teinte blanchie dans toute la pupille de l'œil comme c'est le cas pour les aveugles. Ces yeux étaient verts, clairs certes, mais verts et le blanc l'entourant ne prouvaient nullement que sa vision était réduite. Marta sécha discrètement une larme qui allait couler et Lina lui adressa un sourire chaleureux et réconfortant en retour, sourire censé cacher une indiscrétion non avouable à vrai dire.
 


Seul dans sa hutte, Baldwyn plaça ses mains à plat l’une contre l’autre, sa bouche venant s’appuyer contre, légérement penché vers l’avant. Pris dans une profonde réflexion, il se mit à parler pour lui même, gardant un ton neutre dans sa voix qui ne laissa pas transparaitre son anxiété :

-  Quelque chose de mauvais rôde aux alentours de la forêt. Soit prudente ma jeune apprentie. Libère ton esprit et concentre toi sur ces mouvements inhabituels. C’est à ton tour désormais de rétablir l’équilibre tangeant de ce monde.
Pris d’une toux rauque et profonde, Baldwyn tenta tant bien que mal de se contrôler et de reprendre une respiration normale. Il tendit le bras vers la petite table à coté de lui et saisit sa tasse de bois pour en boire une gorgée revigorante.


_________________


Dernière édition par Melodia le Sam 24 Mai - 10:25 (2014); édité 3 fois
Revenir en haut
Melodia
Déesse de la miséricorde

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2012
Messages: 503
IG: Melodia
Rang: 216
Localisation: -
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Avr - 15:03 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

*Post réservé*
_________________
Revenir en haut
Melodia
Déesse de la miséricorde

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2012
Messages: 503
IG: Melodia
Rang: 216
Localisation: -
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Avr - 15:04 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

*Post reservé*
_________________
Revenir en haut
n425
Illustres d'Epica

Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 92
Sexe: Masculin

MessagePosté le: Mar 15 Avr - 19:51 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

Cool !!

Melo est de retour, pour nous jouer un mauvais tour!!
_________________
http://endless-manga.com/

Deus ex machina

http://www.loups-garous-en-ligne.com/?p=Sadistic
Revenir en haut
Teva
Illustres d'Epica

Hors ligne

Inscrit le: 27 Mar 2014
Messages: 48

MessagePosté le: Mer 16 Avr - 11:28 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

Yiiihaaaa, Mélo tu fais un heureux tu le sais ça ? Deux ans que ça me manque
_________________
Revenir en haut
Melodia
Déesse de la miséricorde

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2012
Messages: 503
IG: Melodia
Rang: 216
Localisation: -
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 10:03 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

3 beaux chapitres sont en lignes. Je vais essayer de vous en sortir un nouveau pour la semaine prochaine
_________________
Revenir en haut
Melodia
Déesse de la miséricorde

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2012
Messages: 503
IG: Melodia
Rang: 216
Localisation: -
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 13 Mai - 20:06 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

Allez, Chapitre IV en ligne. L'Histoire devient intéressante à ce moment ! Bonne lecture 
_________________
Revenir en haut
Melodia
Déesse de la miséricorde

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2012
Messages: 503
IG: Melodia
Rang: 216
Localisation: -
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Mar 20 Mai - 07:00 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

Chapitre V en ligne. Bienvenue à Ifafruga
_________________
Revenir en haut
Melodia
Déesse de la miséricorde

Hors ligne

Inscrit le: 24 Fév 2012
Messages: 503
IG: Melodia
Rang: 216
Localisation: -
Sexe: Féminin

MessagePosté le: Sam 24 Mai - 10:26 (2014)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal Répondre en citant

Chapitre VI 
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:23 (2016)    Sujet du message: "Amethyste" TOME I, Au plus près de l'animal

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Epica ~ Monster Hunter 3 Ultimate Index du Forum -> Autre -> Espace Création -> Fictions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com